Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Pachyméningites : le remue méninge
Résumé
Résumé
Les atteintes méningées au sein ou au contact de la dure mère posent le problème du diagnostic différentiel entre des lésions tumorales ou pseudo-tumorales. Leur description utilise souvent le terme de « meningioma-like ». En effet, le méningiome domine la pathologie tumorale, et constitue souvent un diagnostic différentiel du fait de ses divers aspects histologiques et radiologiques. Cependant, la présentation radiologique permet de hiérarchiser les hypothèses devant une atteinte symétrique ou non, « en plaque » ou nodulaire, associée ou non à des lésions intra-axiales ou osseuses.
Une atteinte méningée révélée par une présentation clinique aiguë ou subaigüe fait envisager en priorité les étiologies vasculaires et infectieuses. Dans le contexte de l'urgence, des tumeurs (dont les hémopathies à l'évolution rapide) peuvent cependant mimer une collection extra-axiale. Hors du contexte de l'urgence, une atteinte méningée nécessite une enquête clinique et paraclinique afin de parvenir au diagnostic au sein des nombreuses étiologies possibles. Un bilan systémique permet de distinguer entre (i) la localisation méningée d'une pathologie générale qui apporte la solution diagnostique ou (ii) une atteinte isolée pachyméningée. Une biopsie méningée pour documentation histologique est parfois requise. La pathologie tumorale nécessite de connaître les antécédents néoplasiques, l'existence d'un syndrome de prédisposition génétique, les facteurs de risque et le bilan d'extension. Les pathologies non tumorales à rechercher sont les infections (tuberculome), la sarcoïdose, les histiocytoses, et les « pseudotumeurs inflammatoires ». Ces dernières représentent un groupe hétérogène au sein desquelles on trouve (i) l'atteinte peu spécifique d'une maladie de système bien caractérisée par ailleurs, (ii) des entités émergentes dont la physiopathologie est encore mal comprise comme la maladie associée aux IgG4, ou (iii) des lésions dont l'étiologie demeure inconnue.
Cette présentation vise à partir de trois cas cliniques à illustrer l'éventail des lésions méningées faisant discuter des pathologies tumorales et pseudo-tumorales.

Informations complémentaires
Remerciements : Pr K Hoang-Xuan, Dr K Mokhtari, Dr J Capron, Dr F Charlotte

Mots Clés




Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg