Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Syndrome de leucoencéphalopathie postérieure réversible et cancer
Résumé
Résumé
Le syndrome de leucoencéphalopathie postérieure réversible (PRES) est une forme d'encéphalopathie aiguë initialement décrite chez les patients présentant des pics tensionnels, lors du syndrome d'éclampsie ou lors de l'utilisation d'immunoppresseurs. Il a été également rapporté au décours de chimiothérapies. La physiopathologie de cette affection est encore mal élucidée. Il associe des signes cliniques cardinaux (céphalées, crises comitiales, syndrome confusionnel, troubles visuels) et des anomalies radiologiques (½dème cérébral prédominant dans les régions postérieures). L'IRM cérébrale retrouve des anomalies de signal bilatérales non nécessairement symétriques. Le plus souvent on observe un hypersignal T2 FLAIR dans les régions pariéto-occipitales avec rehaussement nodulaire en T1 injecté. L'hyposignal en diffusion et l'élévation de l'ADC traduisent la présence d'un oedème vasogénique. Parfois les lésions peuvent être étendues à l'encéphale (tronc cérébral et les ganglions de la base). La physiopathologie de cette affection est encore mal élucidée. Chez les patients cancéreux la liste des agents cytotoxiques en cause s'allonge régulièrement et tout particulièrement depuis l'utilisation des thérapies ciblées (anticorps monoclonaux, inhibiteurs de tyrosine kinases) et des combinaisons de traitements. La prise en charge repose sur l'arrêt du produit incriminé et le contrôle rapide et efficace de l'hypertension artérielle. En cas de crises d'épilepsie, les antiépileptiques doivent être rapidement introduits à visée symptomatique. L'évolution est le plus souvent favorable après arrêt de l'agent causal, avec récupération clinique complète en quelques jours (7j). L'IRM se normalise dans 72% des cas. Chez les patients ayant présenté des crises d'épilepsie, la normalisation de l'imagerie n'entraîne pas toujours la disparition concomitante des crises. La reprise de la thérapie causale, souvent nécessaire n'est pas explicitement contre-indiquée. De façon empirique, la réintroduction du produit incriminé pourra être envisagée tout en s'assurant d'un contrôle tensionel optimal ; on peut néanmoins observer des récidives même après plusieurs années

Informations complémentaires
INCA

Mots Clés




Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg