Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Environnement et maladies transmissibles au Congo : choléra et maladie du sommeil
Résumé
Résumé
Pour illustrer l'impact de l'environnement sur les maladies transmissibles en Afrique, nous décrirons le cas de l'épidémie de choléra de Pointe-Noire (2012-2013) et la recrudescence de la maladie du sommeil dans le foyer historique du Couloir. Le premier cas de l'épidémie de choléra de Pointe-Noire a été détecté dans nos services un soir d'octobre 2012. Le patient venait du quartier de Siafoumou, non loin du cours d'une rivière extrêmement polluée. Trois semaines plus tard, la flambée épidémique a explosé. Plus de mille patients étaient hospitalisés en quatre mois. Les patients venaient essentiellement des abords de petites rivières encombrées de détritus qui sillonnent les quartiers de Mongo-Mpoukou, Mvoumvou, Loandjili et Tié-Tié. Depuis l'arrivée du choléra en Afrique subsaharienne en 1971, la plupart des cas de choléra sont rapportés au niveau de grandes métropoles. Le traitement des eaux usées et l'entretien du lit des rivières citadines y sont quasi inexistants. L'équilibre fragile est aggravé par la vidanges des fosses septiques par les riverains pendant les grandes pluies tropicales. Quant à la maladie du sommeil, elle persiste dans le foyer historique du Couloir, surtout au niveau de l'embouchure de la rivière Léfini dans le fleuve Congo. Il y a une dizaine d'années, des travaux gigantesques ont conduit à la construction du barrage d'Imboulou sur la rivière Léfini, à quelques kilomètres en amont des villages de Mboka Léfini et Mpala Léfini. La déforestation résultant de ces grands travaux a supprimé les gîtes à glossines. Les mouches ont donc tout naturellement migré vers les forêts voisines, le long de la rivière. Elles ont ainsi colonisé les abords des deux villages. Les habitants sont infectés lors des travaux des champs ou des activités de pêche. On ne peut que faire un parallèle avec l'explosion de l'onchocercose lors de l'érection des barrages sur les fleuves et rivières d'Afrique de l'Ouest dans les années 60-80. Il faut privilégier la participation des autorités sanitaires au développement des grandes cités africaines et de réalisation des grands travaux nécessaires à l'industrialisation indispensable des pays d'Afrique.

Informations complémentaires
Financement, Hôpital de Loandjili (choléra) ; grant TDR/WHO A50468

Mots Clés




Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg