Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Sclérose en plaques et syndrome de Guillain-Barré: Association fortuite ou similitude physiopathologique?
Anis HASSINE (1), Sana BEN AMOR (1), Ines CHATTI (1), Manel BEN HALIMA (1), Anissa KHEFIFI (1), Mohamed Salah HARZALLAH (1), Sofien BEN AMMOU (1)
(1) Neurologie - Hôpital Sahloul - 4054 - Sousse - Tunisie
Résumé
Introduction

La sclérose en plaques et la polyradiculonevrite aigue sont deux affections démyélinisantes qui sont rarement associées. Nous rapportons un cas de syndrome de Guillain-Barré survenant au cours de l'évolution d'une SEP.

Observation
Nous rapportons le cas du patient MJ âgé de 46 ans suivi depuis 2002 pour sclérose en plaques dans sa forme rémittente. Il a été mis sous interféron ß1b avec la survenue de deux poussée : en 2004 et en 2006 pour lesquelles il a eu des bolus de solumédrol. En février 2013, il a consulté pour des troubles de la marche associés à des paresthésies des quatre membres et sensation de marche sur le coton, d'installation rapidement progressive sur quelques jours. L'examen neurologique à l'admission a été fait d'un syndrome cordonal postérieur, de ROT abolis aux quatre membres et d'un signe de Babinski bilatéral. L'évolution a été marquée par l'aggravation de la symptomatologie, l'installation d'une paralysie extensive ascendante, des troubles respiratoires modéré, une gène à la déglutition et une diplégie faciale. L'IRM cérébro-médullaire a montré une diminution de la charge lésionnelle. La ponction lombaire a montré une dissociation albumino-cytologique : Protéinorrachie=0,77g/l, EB<1 élément/mm3. L'EMG a objectivé des anomalies en faveur d'une polyradiculonevrite de mécanisme mixte à prédominance myélinique. Le diagnostique de PRN aiguë a été retenu. Il a eu une cure d'immunoglobuline. L'évolution a été marquée par l'amélioration de la symptomatologie.

Discussion

La sclérose en plaques est une affection démyélinisante qui touche le système nerveux central. Cependant des lésions du système nerveux périphérique ont été constatés à l'autopsie.Elle serait en rapport avec une similitude antigénique et expliquerait cette association rare dans notre cas. Certains auteurs incriminent une toxicité des interférons. D'autres supposent que la coexistence de sclérose en plaques et de PRN aigue n'est que fortuite

Conclusion

La similitude antigénique évoquée comme une explication de la coexistence rare de syndrome de Guillain Barré et de sclérose en plaques n'a pas été démontrée. L'association fortuite reste plausible.


Mots Clés

Guillain-barré
Sep

Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg