Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Hyposignaux sous corticaux T2 réversibles : Quand l'imagerie rattrape la clinique
Sophie JEANNIN MAYER (1), Claire BOUTET (2), Yanis MEDNIEK (1), Marie-France LUCHT (3), Jean-Philippe CAMDESSANCHE (1)
(1) Service de Neurologie - Centre Hospitalier Universitaire de Saint Etienne - 42270 - Saint Priest en Jarez - France
(2) Service de Radiologie - Centre Hospitalier Universitaire de Saint Etienne - 42270 - Saint Priest en Jarez - France
(3) Service de Médecine Polyvalente - Centre Hospitalier Général de Roanne - 42300 - Roanne - France
Résumé
Introduction

Les troubles ioniques sont connus pour être à l'origine de lésions cortico sous-corticales réversibles à l'IRM. Ces lésions sont le plus souvent en hypersignal dans les séquences T2 et FLAIR.

Observation
N°IPP: 201250229
Nous rapportons le cas d'une patiente de 76 ans hospitalisée pour confusion dans un contexte de syndrome infectieux digestif. A l'entrée, il existait une hyponatrémie sévère à 102 mmol/L et une hypokaliémie à 2 mmol/L, corrigées en 72 heures. La patiente a installé alors un déficit moteur rapidement progressif des membres supérieurs ainsi qu'une paralysie faciale gauche centrale. Une première IRM cérébrale retrouvait un hypersignal cortical linéaire des sillons précentraux en séquence diffusion se réhaussant avec le gadolinium en séquence T1. Devant l'apparition de crises partielles complexes, une deuxième IRM, faite 8 jours plus tard, montrait la disparition de l'hypersignal diffusion et de la prise de contraste. Par contre apparaissait un hyposignal sous-cortical précentral sur les séquences T2 et FLAIR. Le bilan étiologique restait négatif et la patiente récupèrait partiellement son déficit moteur. Après un mois d'évolution, l'IRM de contrôle ne retrouvait plus l'hyposignal sous-cortical T2 et FLAIR, mais un hypersignal des sillons précentraux T2 et FLAIR superposable en topographie à la prise de contraste initiale.

Discussion

Les hyposignaux T2 sous corticaux réversibles sont peu fréquents. Malgré leur caractère réversible et le contexte d'hyponatrémie dans ce cas, ils sont à différencier de la myélinolyse extrapontine. On les retrouve dans certaines pathologies métaboliques comme l'hyperglycémie sans cétose, les pathologies infectieuses ou dans les ischémies en phase précoce. Leur physiopathologie est mal connue.

Conclusion

L'hyposignal sous cortical réversible en séquence T2 est probablement le témoin d'un trouble métabolique cérébral aigu, en lien avec un stress oxydatif induisant un processus de type ischémique.

Informations complémentaires


Mots Clés

Hyposignal t2 réversible
Irm
Troubles métaboliques
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg