Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Atteinte des systèmes prédictifs dans le sommeil
Mélanie STRAUSS (1), Jacobo SITT (2), Jean-Rémi KING (2), Maxime ELBAZ (3), Lionel NACCACHE (2), Virginie VAN WASSENHOVE (1), Stanislas DEHAENE (1)
(1) U992 Inserm Cea - Unité de Neuroimagerie Cognitive - 91191 - Gif/Yvette - France
(2) U975 Inserm - Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière - - 75013 - Paris - France
(3) Ea 7330 Vifasom - Centre du Sommeil et de la Vigilance, Hôpital de L’
Hôtel Dieu - 75004 - Paris - France
Résumé
Introduction

Le cerveau humain est-t-il capable de détecter une nouveauté auditive pendant le sommeil? Les données de la littérature sur cette question fondamentale du fonctionnement du cerveau endormi restent non concluantes.

Objectifs

Nous avons testé les capacités du cerveau endormi à détecter la nouveauté, en isolant ses deux principaux mécanismes physiologiques : l'adaptation, mécanisme passif, et l'erreur de prédiction, mécanisme actif.

Méthodes

Nous avons d'abord présenté à des sujets éveillés et endormis, enregistrés en électro et magnétoencéphalographie, des sons présentant des régularités à courte et longue échelles de temps nous permettant de tester les capacités de prédiction hiérarchiques du cerveau. En potentiels évoqués, ces capacités de prédiction sont respectivement reflétées par la mismatch négativité (MMN) et la P300. Nous avons ensuite dans une deuxième expérience testé isolément les capacités de prédiction des processus d'adaptation.

Résultats

La MMN et la P300 disparaissent dans le sommeil, en sommeil lent et en sommeil paradoxal. Le cerveau perd donc sélectivement dans le sommeil ses capacités de prédiction, à courte et à longue échelle de temps. Il conserve par contre ses capacités d'adaptation.

Discussion

L'information auditive environnante pénètre jusqu'aux cortex auditif primaire dans le sommeil, permettant des processus passifs d'adaptation sensorielle où ils sont localisés. Mais l'information n'est ensuite pas suffisamment intégrée à l'échelle cérébrale pour permettre les processus actifs descendants de prédiction.

Conclusion

Le cerveau endormi est capable de détecter une nouveauté auditive lorsqu'elle rompt un phénomène d'adaptation, mais pas lorsqu'elle nécessite l'extraction des régularités auditives et l'anticipation sur le futur.

Informations complémentaires
Financements : INSERM et Journées de neurologie de langue française (JNLF).


Mots Clés

Potentiels évoqués
Cogade prédictif
Sommeil
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg