Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

SMART syndrome induit par l'implantation d'électrodes intra-cérébrales profondes : un aléa thérapeutique inhabituel dans le cadre de l'épilepsie structurelle pharmacorésistante
Solveig MONTAUT (1), Julia SCHOLLY (1), Maria Paola VALENTI (1), Alexander TIMOFEEV (2), Mustapha BENMEKHBI (2), Stéphane KREMER (3), Edouard HIRSCH (1)
(1) Neurologie - CHU Hautepierre - 67200 - Strasbourg - France
(2) Neurochirurgie - CHU Hautepierre - 67200 - Strasbourg - France
(3) Neuroradiologie - CHU Hautepierre - 67200 - Strasbourg - France
Résumé
Introduction

Le Stroke like Migraine After Radiation Therapy (SMART) syndrome associe céphalées, troubles neurologiques aigus, crises épileptiques et prise de contraste corticale à l'IRM, à distance d'une radiothérapie cérébrale.

Observation
Un patient droitier de 42 ans (n°1974278), aux antécédents de migraines et de lésion gliale pariétale droite non étiquetée a été traitée en 2002 par radiothérapie et chimiothérapie adjuvante dans l'hypothèse d'une lésion de haut grade. Dix ans plus tard, le patient développe une épilepsie focale pharmacorésistante d'origine structurelle suspectée mais avec des atypies motivant une exploration invasive par Vidéo-Stéréo-Electro-Encéphalographie (SEEG) dans une démarche pré-chirurgicale. 48h après l'implantation des électrodes profondes, le patient présente des céphalées, un déficit sensitivo-moteur du membre supérieur gauche, une héminégligence, un ralentissement psycho-moteur et des crises focales à sémiologie électro-clinique inhabituelle. Les électrodes sont explantées en urgence et une IRM cérébrale est réalisée qui montre un oedème cortical massif et une prise de contraste corticale des régions centro-pariétales, temporales et insulaires droites, avec augmentation du coefficient apparent de diffusion. Dans l'hypothèse d'un SMART syndrome et devant la persistance de crises réfractaires au traitement anticonvulsif, une corticothérapie intraveineuse à fortes doses a été mise en place avec une régression complète du tableau clinico- radiographique en 72h.

Discussion

Le SMART syndrome est une complication rare, retardée et presque toujours réversible, de la radiothérapie des tumeurs cérébrales. Les hypothèses physiopathologiques sont (i) une vasculopathie réversible ou (ii) une atteinte neuronale avec altération du système trigémino-vasculaire ou baisse du seuil pour la dépression corticale envahissante. Le plus souvent spontané, un SMART syndrome peut rarement être induit par une chirurgie tumorale.

Conclusion

A notre connaissance, le SMART syndrome survenant lors d'une exploration SEEG n'a jamais été décrit. Le rapport bénéfice-risque doit être pris en compte avant un geste neurochirurgical en cas d'antécédent de radiothérapie.

Informations complémentaires


Mots Clés

Aléa thérapeutique
Stroke-like
Seeg
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg