Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Etude prospective de la rythmicité chez 30 patients parkinsoniens débutants
Mélanie RAMBOUR (1), Caroline MOREAU (1), Céline TARD (1), Séverine BLEUSE (1), Luc DEFEBVRE (1), Arnaud DELVAL (1)
(1) Université Lille Nord de France - U1171 Troubles Cognitifs, Dégénératifs et Vasculaires - 59000 - Lille - France
Résumé
Introduction

Lors de la maladie de Parkinson (MP), des troubles du rythme similaires à ceux de la marche ont été mis en évidence au niveau d'autres effecteurs lors de tâches rythmiques chez des patients évolués.

Objectifs

Evaluer si les anomalies de rythmicité des effecteurs segmentaires ou oro-facial pouvaient précéder l'apparition des troubles de la marche, et si elles étaient corrélées à un phénotype particulier de la MP.

Méthodes

30 patients parkinsoniens débutants ont été enregistrés en « off drug » à t0 et à 2 ans lors de tâches de tapping des membres supérieurs et inférieurs en anti-phase et lors de répétition de syllabe, à des fréquences imposées par un métronome allant de 1 à 7 Hz. La marche à vitesse spontanée était enregistrée avec la réalisation de tours. La variabilité était définie par les statistiques circulaires pour la fréquence et par le coefficient de variation de l'amplitude.

Résultats

63% des patients ont présenté un freezing et 77% une festination sur au moins un des trois effecteurs. Aucun patient n'a présenté de trouble paroxystique lors de la marche. Des épisodes de freezing ont été relevés lors des tours en session 2 chez 2 patients. La variabilité augmentait avec la fréquence imposée, sans évolution significative en 2 ans. Le nombre de freezing et de festination était corrélé au phénotype akinéto-rigide et axial alors que la variabilité était liée au phénotype trémulant.

Discussion

Les troubles du rythme paroxystiques sont présents à un stade précoce au niveau des effecteurs segmentaires et oro-facial, avant l'apparition des troubles de la marche. Ils sont corrélés au phénotype akinéto-rigide et axial et semblent évoluer de manière indépendante de la variabilité de fréquence et d'amplitude. Il existe à la fois des similitudes et des dissociations avec les caractéristiques des troubles de la marche.

Conclusion

La présence de troubles du rythme paroxystiques à un stade débutant de la MP pourrait en faire des biomarqueurs précoces de l'atteinte axiale, à confirmer avec un suivi de l'évolution à 5 ans.

Informations complémentaires
Remerciements à l'association France Parkinson pour participation au financement

Mots Clés

Freezing
Festination
Rythmicité
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg