Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Un cas inhabituel de psychose induite par Levetiracetam
Estelle PRUVOST (1), Mazen HAMDANE (1), Mathieu ZUBER (1), Vincent ROUBEAU (1)
(1) Neurologie et Neurovasculaire - Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph / Université Paris Descartes - 75014 - Paris - France
Résumé
Introduction

Le Levetiracetam est un antiépileptique souvent utilisé dans les crises focales ou généralisées. La prévalence de psychose induite par Levetiracetam est de 1 % avec des facteurs de risques bien décrits.

Observation
Un homme de 44 ans, accompagné par son épouse, consulte en neurologie (Décembre 2013) pour l'évaluation de troubles du comportement et de propos incohérents. Il ne présente aucun antécédent personnel ou familial. Le 30/11/2013, à vélo, il est victime d'un traumatisme crânien (TC) grave. A l'arrivée du SMUR sur les lieux de l'accident, le patient est agité avec un score de Glasgow à 8 (Y1 ; V1 ; M6) sans signe focal ni défaillance hémodynamique (score de MASTERS à 3). Surveillé dix jours en neurochirurgie, l'état du patient est jugé normal. Des pétéchies bi-frontales sont retrouvées au scanner cérébral. L'EEG est normal. Il rentre à domicile avec une prescription « prophylactique » de Levetiracetam à la dose d'1 gramme par jour. 14 jours après l'introduction du traitement, son épouse rapporte des troubles du comportement avec des idées de persécution (un attentat serait en cours d'organisation contre lui). L'examen neurologique et l'IRM cérébrale sont normaux. L'évaluation psychiatrique conclut au diagnostic de délire paranoïde. Le délire s'amendera à 1 mois de l'arrêt du traitement, sans recours aux antipsychotiques.

Discussion

Les cas rapportés de psychose sous Levetiracetam sont secondaires soit aux crises (psychose inter-post ictale, normalisation forcée) soit au terrain (antécédent psychiatrique). En l'absence de cas rapporté identique, nous formulons l'hypothèse d'une pharmacopsychose. Une dysrégulation de la neurotransmission induite par les pétéchies bifrontales et l'exposition au Levetiracetam pourrait être à l'origine de cet état délirant.

Conclusion

Une psychose induite par Levetiracetam peut survenir en absence d'épilepsie et/ou affection psychiatrique préalable. L'information du patient et de sa famille et l'encadrement rapproché en début de traitement sont préconisés.

Informations complémentaires


Mots Clés

Iatrogénie
Levetiracetam
Psychose
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg