Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Tolérance et efficacité du fampyra dans une cohorte de la vraie vie de patients atteints de sclérose en plaques
Jean-Claude ONGAGNA (1), Carole BERTHE (2), Sylvie COURTOIS (3), Claude GAULTIER (4), Christophe ZAENKER (1), Jérôme DE SEZE (2), Réseau Ville-Hôpital ALSACEP (1)
(1) Neurologie - Réseau Alsacep - 68024 - Colmar - France
(2) Neurologie - CHU Hautepierre - 67200 - Strasbourg - France
(3) Neurologie - CH Emile Muller - 68100 - Mulhouse - France
(4) Neurologie - CH Pasteur - 68024 - Colmar - France
Résumé
Introduction

La fampridine a été autorisée par la l'Agence Européenne du Médicament (EMA) en 2012 pour soulager les trouble de la marche chez les patients atteints de sclérose en plaques.

Objectifs

L'objectif de cette étude était d'évaluer la tolérance et l'efficacité de la fampridine en pratique clinique courante au sein de notre cohorte régionale, pour confirmer ce qui a été établi dans les essais cliniques.

Méthodes

Nous avons identifié dans notre base EDMUS régionale, les patients qui ont reçu une prescription de la fampridine depuis sa commercialisation en juillet 2012. Le premier critère d'évaluation dans cette étude était la proportion de patients répondeurs mesuré par le temps mis par chaque patient à effectuer la même distance au jour 0 (avant prise du traitement) et 15 jours (fin de la période d'évaluation). L'autre critère l'amélioration du score au questionnaire MSWS-12 à J15 par rapport à J0.



Résultats

464 patients (340 femmes et 124 hommes ; âge moyen à l'initiation = 53,4±11,2), ont reçu de la fampridine dans notre région depuis le 1/7/2012. Le score EDSS moyen était de 5,5±1,1 à l'initiation du traitement. Près de la moitié des patients inclus avaient une forme secondairement progressive. Le nombre de patient considérés comme répondeurs était de 355 (76.5%). Quinze jours après le début du traitement, leur temps de marche diminue, passant 22,3 secondes avant le début du traitement à 16,5 secondes.

Discussion

D'une manière générale, la molécule a été bien tolérée. La plupart des effets secondaires enregistrés, étaient de sévérité modérée. Au total 44 patients répondeurs (12,4%) ont arrêté leur traitement suite à un effet indésirable. Dans cette analyse, l'amélioration du temps de marche correle avec l'amélioration perçue par les patient avec l'auto-question MSWS-12.

Conclusion



Informations complémentaires


Mots Clés

Sclérose en plaques
Troubles de la marche
Pratique clinique
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg