Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Les patients débutant une sclérose latérale amyotrophique se plaignent-ils de leur sommeil ?
Mathilde CHOQUER (1), Philippe CORCIA (1), Bertrand DE TOFFOL (1), Nadège LIMOUSIN (1)
(1) Neurologie - Chru Tours - 37000 - Tours - France
Résumé
Introduction

La sclérose latérale amyotrophie (SLA) est une maladie neuro-dégénérative dont le pronostic est fatal à court terme. Des troubles du sommeil sont rapportés et contribuent à altérer la qualité de vie des patients.

Objectifs

Evaluer la fréquence, et la sévérité des troubles du sommeil chez des patients atteints de sclérose latérale amyotrophique au début de la maladie avant même l'annonce diagnostique.

Méthodes

Les patients étaient vus lors du premier bilan au centre SLA de Tours. Le type, et le score de sévérité étaient recueillis. Une évaluation pneumologique était réalisée (gaz du sang, explorations fonctionnelles respiratoires). Tous ont bénéficié d'une évaluation neurologique, d'un interrogatoire standardisé des troubles du sommeil (questionnaire de qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI), échelle de somnolence d'Epworth) et d'une échelle de dépression de Beck. Une polysomnographie était systématiquement proposée.

Résultats

Trente trois patients âgés de 67 ± 12 ans ont été inclus (16 formes bulbaires et 17 formes spinales). Le score ALSFRS-R moyen était de 37 ± 8. Dix neuf patients se plaignaient d'insomnie et 6 rapportaient des symptômes d'apnées du sommeil. Six patients souffraient d'un syndrome des jambes sans repos. Le score moyen au PSQI était de 6 ± 4. Un seul patient avait un Epworth supérieur à 10. Neuf patients avaient une dépression dont 5 une plainte de sommeil. Six patients avaient un index d'apnées/hypopnées supérieur à 15.

Discussion

Cette étude conforte l'existence de troubles du sommeil chez les patients SLA dès le début de la maladie. Par ailleurs une dépression sous jacente à l'origine de la plainte de sommeil mérite d'être recherchée puisqu'elle peut être présente avant même l'annonce diagnostique. Les troubles respiratoires sont également une autre cause retrouvée qui justifie la réalisation d'un enregistrement de sommeil.

Conclusion

Les troubles du sommeil chez les patients atteints de SLA doivent être recherchés dès le début de la maladie afin de proposer des thérapeutiques adaptées et ainsi préserver la qualité de vie des patients.

Informations complémentaires


Mots Clés

Sla
Troubles du sommeil
Polysomnographie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg