Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Potentiels Evoqués Somesthésiques pour le diagnostic de polyradiculonévrites inflammatoires démyélinisantes chroniques
Hélène-Marie LANOISELÉE (1), Julien PRALINE (2), Steeve REMER (2), Bertrand DE TOFFOL (2)
(1) Neurologie - CH Orleans - 45000 - Orleans - France
(2) Neurologie - CHU Bretonneau - Tours - France
Résumé
Introduction

Le diagnostic entre polyneuropathie axonale et PIDC avec atteinte axonale secondaire est parfois difficile. Nous avons comparé les valeurs obtenues aux PES entre témoins, polyneuropathies axonales, et PIDC

Objectifs

Vérifier avec un protocole spécifique utilisant le recueil des potentiels au coude, P15 et N21 l'apport des PES pour le diagnostic différentiel entre polyneuropathie axonale et PIDC, grâce à des critères électrodiagnostiques.

Méthodes

Des normes ont été établies à partir des sujets témoins pour les potentiels au coude, P15, N21. Puis nous avons comparé les latences et les amplitudes des différents potentiels, les différences de latence coude-N9, N9-N13 et les rapports d'amplitude N9/iP14 et coude/N9 entre les témoins, le groupe de polyneuropathies axonales et le groupe de PIDC.

Résultats

29 témoins, 27 polyneuropathies axonales, 13 PIDC ont été inclus. Les latences des potentiels au coude, N9, N13 et le rapport d'amplitude N9/iP14 étaient significativement différents pour les deux groupes de polyneuropathie. La latence du potentiel N7 était significativement augmentée pour les PIDC. La latence des potentiels N7, N9, N13, le rapport d'amplitude des potentiels coude/N9, et la différence de latence coude-N9 étaient significativement différents entre les deux groupes de polyneuropathie.


Discussion

Notre étude a été réalisée dans des conditions écologiques, avec des patients ayant des profils cliniques et électrophysiologiques rencontrés en pratique courante. Elle confirme l'intérêt des PES pour le diagnostic de PIDC, y compris dans les formes atypiques. Nos résultats concernant le rapport d'amplitude N9/iP14 confirment ceux obtenus par Sahli et al (2014).

Conclusion

Cette étude confirme la contribution des potentiels évoqués somesthésiques au diagnostic différentiel entre polyneuropathie axonale et PIDC, grâce à plusieurs critères électrodiagnostiques.

Informations complémentaires


Mots Clés

Pidc
Potentiels évoqués somesthésiques
Polyneuropathie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg