Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

L'absence de cellularité à la ponction lombaire n'élimine pas le diagnostic d'encéphalite à herpes simplex virus (HSV)
Benjamin HEBANT (1), Romain LEFAUCHEUR (1), Jean Paul BOUWYN (1), Elodie DELAFOSSE (1), Nicolas MIRET (2)
(1) Neurologie - Centre Hospitalier Universitaire de Rouen - 76000 - Rouen - France
(2) Neurologie - Centre Hospitalier Général d'Evreux - 27015 - Evreux - France
Résumé
Introduction

La méningo-encéphalite à HSV est une urgence thérapeutique. Nous rapportons les cas de deux patients présentant une encéphalite à HSV1 prouvée en l'absence de pléiocytose dans le liquide céphalorachidien (LCR).

Observation
Patient 1 : un homme de 90 ans, hypertendu et dyslipidémique, fut hospitalisé pour confusion fébrile. Il ne présentait pas de signes neurologiques focaux. Le scanner cérébral était normal. L'examen du LCR retrouvait 1 leucocyte/mm³ (N< 5 leucocyte/mm³), 400 globules rouges, une hyperprotéinorachie à 1,23 g/L (N< 0,40 g/L) et une glycorachie à 3,67 mmol/L. L'ADN du virus HSV1 a été détecté par polymerase chain reaction (PCR) dans le LCR. Le patient s'est amélioré après traitement par aciclovir intraveineux.
Patient 2 : un homme de 80 ans, porteur d'une broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et d'un syndrome myéloprolifératif traité par chlorambucil, a présenté pendant une hospitalisation pour dyspnée, une crise convulsive généralisée tonico clonique fébrile. Le scanner cérébral était normal, l'électroencéphalogramme (EEG) retrouvait des ondes lentes fronto temporales. L'examen du LCR retrouvait 1 leucocyte/mm³ (N< 5 leucocyte /mm³) et 1 globule rouge, une hyperprotéinorachie à 0,78 g/L (N< 0,40 g/L) et une glycorachie à 4,8 mmol/L. La PCR HSV était également positive à HSV1. Le patient est décédé 5 jours plus tard d'un état de mal épileptique.


Discussion

Classiquement, l'examen du LCR retrouve une pléiocytose à prédominance lymphocytaire et une hyperprotéinorachie. Pour le patient 2, l'absence de pléiocytose peut s'expliquer par l'immunodépression due à la pathologie hématologique et au traitement immunosuppresseur. Pour le patient 1, l'absence de cellularité dans le LCR pourrait s'expliquer par un déficit de l'immunité cellulaire médiée par les cellules T lié à son âge avancé.

Conclusion

Le diagnostic d'encéphalite à HSV ne doit pas être éliminé en l'absence de pléiocytose dans le LCR. L'aciclovir doit ainsi être introduit dès la suspicion clinique en particulier chez les patients immunodéprimés ou âgés.

Informations complémentaires
L'étude n'a pas bénéficié de financement particulier public ou privé.

Mots Clés

Encéphalite
Herpes
Pléiocytose
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg