Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Une polyradiculite.. "l'arbre qui cache la forêt"
Sahar TURKI (1), Lara ELDHUIEB (1), Michele DELOIZY (1), Philippe DEVOS (1), Sahar TURKI (2)
(1) Neurologie - Hôpital Duchenne - 62200 - Boulogne Sur Mer - France
(2) Hôpital Duchenne - 62200 - Boulogne Sur Mer - France
Résumé
Introduction

Les LNH du SN ont un grand polymorphisme clinique et évolutif. Ils peuvent revêtir de nombreuses présentations trompeuses ce qui est à l'origine dans très un grand nombre de cas de retards de diagnostic et de prise en charge.

Observation
Mr S.W âgé de 69 ans est adressé en neurologie en 2010 pour lombosciatalgies et déficit moteur des membres inférieurs d'aggravation rapide persistants malgré une chirurgie sur canal lombaire étroit. L'EMG détecte une atteinte polyradiculaire lombaire, l'IRM révèle une infiltration inflammatoire pluri-radiculaire;étude du LCR confirme la présence d'une méningite lymphocytaire en l'absence de cellules anormales. La sérologie EBV évoque une infection ancienne, le reste des sérologies virales est négatif. L'IRM encéphalo-médullaire est sans anomalies. Les taux de LDH et de β2microglobuline sont normaux ainsi que la biopsie ostéo-médullaire. Le diagnostic retenu est celui d'une méningoradiculite non spécifique post-chirurgicale . 3 ans après le patient est ré hospitalisé pour syndrome cérébelleux subaigue, l'IRM encéphalique montre une prise de contraste méningée en présence de multiples lésions de la substance blanche supra et infra tentorielle présentant un rehaussement hétérogène, la biopsie stéréotaxique réalisée au niveau de ces lésions confirme le diagnostic d'un LNH à grandes cellules B.

Discussion

Les méningoradiculites sont rares dans les LNH et sont plus rarement révélatrices. Il s'agit de l'étape initiale précédant l'extension diffuse au SNP. Par contre l'atteinte intracrânienne est généralement présente dés ce stade. En l'absence de cette atteinte la difficulté diagnostique est majeure. L'étude du LCR reste l'étape clé du diagnostic, cet examen doit être répété, en cas de négativité une biopsie radiculaire doit être envisagée.

Conclusion

En cas de radiculopathie atypique, il est justifié d'approfondir l'enquête étiologique en particulier de répéter l'étude du LCR surtout en cas de suspicion de pathologie tumorale agressive tel qu'un LNH.

Informations complémentaires
LMH : lymphome non Hodgkinien
SNP : système nerveux périphérique



Mots Clés

Neuropathie
Lymphome cérébral primitif
Méningite chronique
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg