Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Place de l'IRM multimodale dans le diagnostic d'une sclérose en plaques pseudotumorale
Aymen AROUS (1), Anis RIAHI (1), Kamel WALHA (1), Cyrine DRISSI (1), Nadia HAMMAMI (1), Sonia NAGI (1), Mohamed BEN HAMMOUDA (1)
(1) Service de Neuroradiologie - Institut National Mongi Ben Hamida de Neurologie - 1000 - Tunis - Tunisie
Résumé
Introduction

La sclérose en plaques (SEP) pseudotumorale est une forme caractérisée par la présence d'une lésion démyélinisante extensive, supérieure à 2 cm de diamètre. Elle peut mimer toutes sortes de lésions extensives.

Observation
Un patient âgé de 35 ans a consulté pour lourdeur du membre inferieur gauche évoluant depuis 10 jours. Une TDM cérébrale faite en urgence a montré une plage hypodense du centre semi ovale droit. L'IRM morphologique a montré une lésion frontale droite de 30mm de grand axe, en hyperignal T2 et FLAIR, hyposignal T1, prenant le contraste de façon annulaire et exerçant un léger effet de masse sur le ventricule latéral. L'IRM multimodale a montré en spectroscopie une augmentation du rapport Choline/NAA avec présence de lipides et de lactate au sein de la lésion orientant vers une masse néoplasique. Une augmentation du coefficient de diffusion a été objectivée en séquence de diffusion et la perfusion a montré une rupture de la barrière hémato-encéphalique sans hyperperfusion ce qui est en faveur d'une origine inflammatoire. Le patient a reçu un traitement corticoïde avec amélioration. Une IRM de contrôle a montré la régression de la lésion avec présence du plusieurs lésions disséminés répondants au critères de SEP.

Discussion

Les formes pseudo-tumorales (de Balo, de Marburg ou de Schilder) sont des variantes rares de SEP. Leurs aspects morphologiques peuvent mimer des lymphomes ou de gliomes. La spectroscopie, comme le souligne notre observation, peut être trompeuse. La recherche d'autres lésions et les résultats des explorations électro-physiologiques et biologiques permettent d'éviter des gestes chirurgicaux inutiles aux patients.

Conclusion

L'IRM multimodale et en particulier la spectroscopie peut induire en erreur à la phase aiguë d'une SEP pseudo-tumorale en montrant des anomalies métaboliques similaires à celles d'une lésion tumorale de bas grade.

Informations complémentaires


Mots Clés

Sclérose en plaques
Pseudo tumorale
Irm multimodale
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg