Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Impact sur la survie et l'indépendance fonctionnelle du traitement par inhibiteur de l'angiotensine 2, dans la prise en charge de glioblastomes nouvellement diagnostiqués, une étude rétrospective.
Edouard JANUEL (1), Renata URSU (1), Ali ALKHAFAJI (1), Athina MARANTIDOU (1), Jennifer DORIDAM (1), Christine LEVY-PIEDBOIS (2), Antoine CARPENTIER (1)
(1) Neurologie - Hopital Avicenne - 93000 - Bobigny - France
(2) Institut de Radiothérapie des Hautes Energies (Irhe) - 93009 - Bobigny - France
Résumé
Introduction

Malgré le traitement actuel, le pronostic du glioblastome reste sombre. Récemment, les inhibiteurs de l'angiotensine 2 ont démontré des propriétés anti-angiogéniques et anti-tumorale dans plusieurs modèles de cancers.

Objectifs

Déterminer si les inhibiteurs de l'Angiotensine 2 (IEC ou ARA2) peuvent améliorer le pronostic fonctionnel et la survie des patients atteints de glioblastome.

Méthodes

Nous avons analysés rétrospectivement 81 patients, atteints de glioblastome nouvellement diagnostiqué, traités par radiothérapie et Temozolomide. Deux groupes ont été individualisés selon le traitement (ou non) par inhibiteur de l'Angiotensine 2. Les critères de jugement étaient : l'indépendance fonctionnelle mesurée par le score de Karnofsky à un mois et 6 mois post radiothérapie, la suvie sans progression et la survie globale.

Résultats

Sur les 81 patients inclus, 26 étaient traités par inhibiteurs de l'angiotensine 2. La survie globale était de 16.7 mois dans le groupe traité contre 12.9 mois dans l'autre groupe (p=0.04 en multivarié). La survie sans progression était de 8.7 mois dans le groupe traité contre 7.2 dans l'autre groupe (p=0.04 en multivarié). L'indépendance fonctionnelle (score de Karnofsky supérieur ou égal à 60%) était plus élevée chez les patients traités à 6 mois post radiothérapie (85 VS 56% ; p=0.01).

Discussion

Les inhibiteurs de l'angiotensine 2 ont démontré un effet anti-angiogénique dans plusieurs cancers, par inhibition de la production de VEGF (poumon, oesophage, pancreas). Il existe également un effet anti tumoral propre, décrit in vitro sur un modèle de glioblastome. Parallèlement, un effet radioprotecteur a été mis en évidence, ce qui pourrait expliquer les différences du score d'indice fonctionnel 6 mois après la radiothérapie.

Conclusion

Le traitement par inhibiteur de l'Angiotensine 2, couplé à la radiothérapie et la chimiothérapie, pourrait améliorer le pronostic du glioblastome. Ces résultats nécessitent une confirmation par un essai randomisé.

Informations complémentaires
Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'interet

Mots Clés

Glioblastome
Angiotensine 2
Indice de karnofsky
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg