Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Devenir : étude observationnelle de Détection et d'Evaluation des éVEnements démyéliNIsants en France
Renato COLAMARINO (1), Jean-Marc VISY (2), Jean-Jacques PERE (3), Isabelle BOURDEIX (3), Gilles DEFER (4)
(1) Neurologie - Centre Hospitalier VIchy - 3200 - Vichy - France
(2) Neurologie - Polyclinique - 51100 - Reims - France
(3) Affaires Cliniques - Novartis Pharma - 92506 - Rueil Malmaison - France
(4) Neurologie - CHU Cote de Nacre - 14000 - Caen - France
Résumé
Introduction

La prise en charge thérapeutique du syndrome cliniquement isolé (SCI), dans la pratique neurologique courante reste à ce jour mal connue.

Objectifs

Etude prospective évaluant sur 12 mois la proportion de patients chez lesquels un traitement immunomodulateur (IMM) était instauré à la suite du diagnostic de SCI confirmé.

Méthodes

Etude observationnelle réalisée auprès de neurologues amenés à suivre sur une période de 12 mois les patients pour lesquels un diagnostic de SCI venait d'être confirmé. La nature et la fréquence des examens à visée diagnostique, les critères de mise sous traitement IMM et l'utilisation d'échelles optionnelles évaluant la fatigue (EMI-SEP), des troubles comportementaux (BFS, HAD) et cognitifs ont été évalués.

Résultats

Les examens utilisés pour le diagnostique l'ont été avec la fréquence suivante : IRM (100%), ponction lombaire (69.3%), potentiels évoqués (48.9%). 66 (48.2%) des 137 patients analysés ont débuté un traitement IMM. Les critères les plus fréquemment utilisés pour la mise sous IMM étaient l'IRM (77.3%), la clinique (59.1%) et le risque estimé de conversion (45.5%). La fatigue (EMI-SEP) et les troubles comportementaux (HAD) ont été évalués chez 59% des patients, alors que l'évaluation des troubles cognitifs a été rare.

Discussion

La mise sous traitement IMM de la SEP de la moitié des patients dans l'année qui suit le premier évènement clinique est essentiellement basée sur des critères IRM et/ou sur la survenue d'une deuxième poussée. A l'IRM si le premier des 4 critères de dissémination spatio-temporelle était satisfait pour près de trois quarts des patients traités, il n'a cependant pas conduit à mettre sous traitement près de 40% d'entre eux.

Conclusion

Dans l'année qui suit la survenue d'un SCI, la moitié des patients reçoivent un traitement IMM. Une 2ème poussée et les critères IRM sont déterminants pour la décision de mise sous traitement IMM.

Informations complémentaires
L'étude a été réalisée grâce à un financement de Novartis Pharma S.A.S.

Mots Clés

Sclérose en plaques
Syndrôme cliniquement isolé
Immunomodulateur
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg