Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Manifestation neurologique sévère d'une infection à CMV chez un sujet immunocompétent
Nadia BEN ABDELHAFIDH (1), Asma KEFI (1), Rim ABID (1), Imen GHARSALLAH (1), Sameh SAYHI (1), Najeh BOUSSETTA (1), Salah OTHMANI (1)
(1) Service de Médecine Interne - Hôpital Militaire de Tunis - - 1008 - Tunis - Tunisie
Résumé
Introduction

Si chez les immunodéprimés, l'infection à cytomégalovirus (CMV) est une complication grave, elle est souvent asymptomatique chez les immunocompétents, mais peut causer des tableaux cliniques graves avec atteinte du SNC.

Observation
Patiente âgée de 64 ans, immunocompétente, admise pour un déficit musculaire brutal des quatre membres à prédominance proximale, des paresthésies des membres inférieurs à type de brûlures et deux épisodes de rétention urinaire évoluant depuis 6 semaines. À l'admission, la patiente était apyrétique et consciente. La marche était instable avec tendance à la chute latérale. Il existait un déficit moteur des quatre membres avec une difficulté à soulever les pieds, des réflexes ostéotendineux vifs, diffusés et polycinétiques aux quatre membres avec un signe de Babinski à droite et une hyperesthésie à type de brûlure prédominant aux membres inférieurs sans niveau lésionnel précis. La sensibilité profonde était normale. Elle n'avait ni anesthésie en selle ni trouble trophique. L'imagerie par résonance magnétique avait montré un aspect de myélite cervicothoracolombaire. Une enquête étiologique infectieuse exhaustive et la recherche d'une immunodépression acquise étaient négatives. Le diagnostic de myélite à CMV chez un sujet immunocompétent était retenu, devant une sérologie positive. L'évolution était favorable après cinq mois de traitement par ganciclovir associé à une corticothérapie par voie générale rapidement dégressive et à une kinésithérapie motrice.

Discussion

Chez l'immunocompétent, les infections à CMV sont souvent asymptomatiques ou se limitent à un syndrome fébrile. Quelques cas de myélite à CMV ont été rapportés. La sérologie CMV qui montre une séroconversion dans le sang permet de confirmer le diagnostic de primo-infection à CMV. Un diagnostic et un traitement précoces améliorent le pronostic.

Conclusion

Les symptômes neurologiques déficitaires graves liés au CMV sont exceptionnels chez les patients immunocompétents. L'IRM médullaire est très utile au diagnostic. Le pronostic est lié à la précocité de la prise en charge.

Informations complémentaires


Mots Clés

Myélite
Cytomégalovirus
Immunocompétent
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg