Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Hématome bithalamique simultané à propos de 3 observations : étude clinique et revue de la littérature (Abidjan)
Evelyne AKA ANGHUI DIARRA (1), Mavouloh KOUROUMA (1), Félix BOA YAPO (1), Berthe ASSI (1), Christian TANOH (1), Moussa DIALLO (1)
(1) Neurologie - Ufrsma - 166 - Abidjan - Côte d'Ivoire
Résumé
Introduction

Les hématomes thalamiques bilatéraux profonds simultanés sont rares et leur mécanisme de survenue est souvent lié à une hypertension artérielle chronique. Notre objectif est d'en souligner les particularités cliniques.

Observation
Observation 1 (dossier N° 397/14/1)
Patient de sexe masculin, 61 ans alcoolo-tabagique. Dans un contexte émotionnel avec poussée hypertensive il présentera un coma (Glasgow à 11/15), un syndrome pyramidal bilatéral et une aphasie motrice. Le scanner montre une hémorragie bithalamique. Evolution favorable après 22 jours d'hospitalisation mesure de réanimation et correction des FRV.

Observation 2 (dossier N° 386/14/1)
Patient de sexe masculin, 73 ans hypertendu depuis 10 ans inobservant, qui a brusquement présenté un syndrome pyramidal hémi corporel droit, un coma (Glasgow à 8/15) et une aphasie motrice. Le scanner montre un hématome bi thalamique. L'évolution est défavorable avec décès à J4 d'hospitalisation.

Observation 3 (dossier N° 375/14/1)
Patiente de 50 ans hypertendue, diabétique, sous anticoagulant oral pour une cardiomyopathie dilatée compliquée d'ACFA. L'examen retrouve un syndrome, un trouble fluctuant de la vigilance, une confusion, des troubles du comportement, une dépression, une dysarthrie, sans déficit moteur. Le scanner montre un hématome bithalamique. L'évolution est défavorable avec décès à J 19 d'hospitalisation.



Discussion

La présentation des hématomes bi thalamique est polymorphe, faisant évoquer un AVCI par occlusion de l'artère de Percheron avant le scanner.
Les signes les plus fréquents sont : un coma du à l'extension mésencéphalique, mnésiques par atteinte du tractus mamillo-thalamique, psychiatriques par interruption de la boucle thalamo-fronto-limbique et les déficits oculomoteurs. L'évolution peut être régressive, mais des décès sont décrits.


Conclusion

Aucun signe clinique ni association de signes n'est constant et donc spécifique dans les hémorragies bi thalamique. L'hypertension artérielle chronique en est la principale étiologie.

Informations complémentaires
Conflit d'intérêt : Aucun
Aucun financement particulier public ou privé


Mots Clés

Hématomes
Bithalamique
Hypertension artérielle
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg