Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Loase révélée par une neuromyélite chez un jeune africain et revue de la littérature.
Jean Paul MAGADJI (1), Victor SINI (2), Caroline KENMEGNE (1), Mathurin KOWO (3), Annie EPOTE (4), Joseph KAMGNO (5)
(1) Service de Neurochirurgie - Hôpital Militaire - Faux - Yaoundé - Cameroun
(2) Service de Neurologie - Hôpital Central - 25584 - Yaoundé - Cameroun
(3) Service de Médecine Interne - CHU - - Faux - Yaoundé - Cameroun
(4) Bactériologie/Immunologie - Centre Pasteur - Faux - Yaoundé - Cameroun
(5) Département de Santé Publique - Faculté de Médecine - Faux - Yaoundé - Cameroun
Résumé
Introduction

L'atteinte du système nerveux au cours de la microfilariose à loa loa est exceptionnelle. Nous rapportons un cas de Loase révélé par un syndrome médullaire.

Observation
Il s'agit d'un militaire de 21 ans, ayant fait plusieurs expéditions en zone forestière, hospitalisé pour impotence fonctionnelle subaigüe des deux membres inférieurs, survenue dans un contexte de céphalées occipitales, crises convulsives, notion d'hallucinations et un sentiment de persécution. Ses antécédents médicaux sont marqués par une paraparésie transitoire post traumatique survenue 12 mois auparavant, un prurit et un ½dème fugace des membres depuis 3 mois. L'examen neurologique révélait un syndrome du cône terminal. L'IRM médullaire était normale. Les sérologies HIV, HTLV 1 et 2, syphilitique et bilharzienne étaient normales. L'analyse du liquide cérébro-spinal montrait une protéinorachie à 1,2g/l et une glycorachie à 0,48g/l. Il y avait 3 cellules mononuclées par mm3. La formule leucocytaire montrait une hyperéosinophilie à 5%. La recherche de plasmodium falciparum était négative lors d'un syndrome infectieux isolé, cependant 80 microfilaires par millilitre de sang ont été découvert fortuitement. Le patient a été traité par la diéthylcarbamazine associée à une corticothérapie courte et une physiothérapie. L'évolution clinique était progressivement favorable sur plusieurs mois.

Discussion

Les troubles neurologiques au cours de la Loase sont consécutifs au traitement par la diéthylcarbamazine ou l'ivermectine ; il s'agit d'une destruction massive des microfilaires entrainant des embolies artérielles et l'inflammation. Chez ce patient, le traumatisme médullaire initial peut être considéré comme un facteur favorisant la pénétration des microfilaires dans le tissu médullaire par rupture de la paroi vasculaire.

Conclusion

Toute myélopathie avec hyper éosinophilie en milieu tropical doit faire rechercher systématiquement une Loase.

Informations complémentaires


Mots Clés

Loase
Neuromyélite
Hémoparasite
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg