Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Switching et mixing pathologiques vers une seconde langue à peine maitrisée amenant à découvrir un glioblastome frontal gauche chez un patient souffrant d'une démence légère.
Alain DROUET (1), Emilien MONTAIGU (1), Aurore JULLIARD (1), Estelle STEINMESS (1), Laurent GUILLOTON (1), Isabelle LANDREAU (1)
(1) Neurologie - HIA - 69275 - Lyon - France
Résumé
Introduction

le « switching » pathologique (SP) passe involontairement d'une langue à une autre au fil du discours ; le « mixing » pathologique (MP) les mélange dans la même phrase.


Observation
un homme de 77 ans, droitier, présente depuis 3 semaines une discrète instabilité à la marche et un ralentissement psychomoteur. En dehors de facteurs de risque vasculaire (HTA, diabète, hyper-cholestérolémie), il souffre depuis 2009 d'un fléchissement cognitif avec en 2010 un MMS à 21/30 et une atrophie corticale modérée sur l'IRM. Outre une légère bradykinésie, une bradypsychie, une désorientation spatiale, quelques éléments d'aphasie sous corticale, des troubles dysexécutifs, il existe un comportement verbal étrange puisqu'il répond aux questions indifféremment en anglais (L2) ou en français (L1) sans être parfaitement bilingue. L'IRM montre un glioblastome, confirmé par biopsie, basifrontal gauche (20x19 mm), une atrophie corticale diffuse et une leucoaraiose modérées. La SPECT-99mTc à 5 mois montre un hypo débit fronto-temporo-insulaire gauche et à moindre degré cortical diffus mais hétérogène épargnant de façon relative les régions mésiales et le cortex visuel primaire. Le décès survint à 7 mois. Il s'agit ainsi d'un patient, souffrant d'une démence neurodégénérative modérée, ayant installé un SP et MP lors de la découverte un glioblastome frontal gauche.

Discussion

Si le MP surviendrait chez le bilingue aphasique, parfois dément, lié à une lésion pariéto-temporale gauche, le SP pourrait être, un trouble pragmatique de la communication (cortex préfrontal dorsolatéral) ou lié, dans une vision connectionniste, à un dysfonctionnement en un point variable d'un large réseau (zone temporale postérieure, gyrus supra marginalis, aire de Broca relié par le faisceau longitudinal supérieur).


Conclusion

une symptomatologie cognitive nouvelle chez un patient dément, d'autant qu'elle est inhabituelle et à valeur localisatrice, doit faire rechercher une seconde pathologie, avant de conclure à la progression la maladie.

Informations complémentaires
aucun

Mots Clés

Switching
Mixing
Glioblastome
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg