Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Effet sur la fatigue du traitement par Fingolimod dans les 6 premiers mois chez des patients suivis pour une Sclérose en Plaques Rémittente
Marion MASINGUE (1), Rabab DEBS (1), Elisabeth MAILLART (1), Catherine LUBETZKI (1), Caroline PAPEIX (1)
(1) Département des Maladies du Système Nerveux - Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière - 75013 - Paris - France
Résumé
Introduction

Le fingolimod est réservé aux formes actives de scléroses en plaques rémittentes. Certains patients allèguent une fatigue plus marquée sous traitement. Or peu de données existent concernant son impact sur ce symptôme.

Objectifs

Nous avons voulu mesurer l'évolution de la fatigue ressentie chez des patients suivis pour une SEP rémittente avant et pendant le traitement par fingolimod.

Méthodes

Cette étude monocentrique prospective observationnelle a inclus consécutivement 38 patients SEP hospitalisés pour initiation d'un traitement par fingolimod.
Deux auto-questionnaires validés (MFIS et FSS) et une échelle visuelle (VAS) mesurant leur fatigue étaient complétés le jour de l'initiation et à 6 mois. Les caractéristiques cliniques et démographiques ainsi que les données radiologiques ont été détaillées. L'impact du traitement sur la fatigue est mesuré par le taux de variation de la MFIS entre M0 et M6.

Résultats

L'âge moyen était de 35 ans. A M0, le score moyen de l'EDSS était à 3, de la MFIS à 43, de la FFS à 42 et de la VAS à 6.
A M6, les 15 premiers patients avaient un EDSS moyen à 3, une MFIS à 44, une FSS à 39 et une VAS à 7. Bien que les scores ne diffèrent pas de M0 à M6 le score MFIS pour chaque patient était augmenté en moyenne de 62%, variation plus marquée sur les items physique (73%) et cognitif (86%) que psycho-social (14%). Quatre patients avaient présenté au moins 1 poussée et deux avaient progressé sur l'IRM.

Discussion

La fatigue est une plainte fréquente au cours de la SEP (pour plus de 70% des patients), et peut jouer un rôle majeur dans le handicap.
Au vu de ces résultats préliminaires, le fingolimod semble majorer ce symptôme, en particulier sur les plans physique et cognitif, indépendamment de l'activité clinique ou radiologique de la maladie.
Les résultats sur l'ensemble de la cohorte seront présentés au congrès (objectif de 40 patients).

Conclusion

Les résultats de cette étude révèleront si la fatigue alléguée par certains patients est en rapport avec le traitement par fingolimod. Il se discutera alors de prendre en compte ce symptôme lors sa prescription.

Informations complémentaires


Mots Clés

Fingolimod
Sclérose en plaques
Fatigue
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg