Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Paralysies flasques aiguës (PFA) de l'enfant en côte d'ivoire (CI) : données actuelles
Doumbia-Ouattara MARIAM (1), A KOUAME-ASSOUAN (2), Boa SYLVIA CHRISTELLE N'TAH (1), Kouassi KOUAMÉ LÉONARD (1), Diakite ISMAILA (1), Sonan-Douayoua THÉRÈSE (1)
(1) Neurologie - CHU de Yopougon - - 21 Bp 632 - Abidjan - Côte d'Ivoire
(2) Neurologie - CHU de Cocody - 99999 - Abidjan - Côte d'Ivoire
Résumé
Introduction

La Poliomyélite Antérieure Aiguë (PAA) est considérée comme la première étiologie des PFA de l'enfant en CI. La stratégie sanitaire de son éradication est basée sur la vaccination et la surveillance de tous les cas de PFA.

Objectifs

L'objectif de ce travail était, à partir de 10 années de surveillance des Paralysies Flasques Aiguës en Côte d'Ivoire, de préciser la place de la PAA et proposer des mesures pour améliorer cette surveillance.

Méthodes

Il s'est agi d'une étude descriptive rétrospective sur une période de 10 années, de 2004 à 2013, intéressant les cas de PFA de 0 à 15 ans, notifiés dans toutes les régions de la Côte d'Ivoire. Elle a été réalisée au sein de deux structures: la Direction de Coordination du Programme Élargi de Vaccination (DCPEV) et le Département des Virus Épidémiques de l'Institut Pasteur de Côte d'Ivoire. Elle a analysé les données socio-démographiques, cliniques et virologiques pour 3 180 cas.


Résultats

La moyenne d'âge était de 4 ans, avec des extrêmes de 19 jours et 15 ans. Les enfants de moins de 5 ans représentaient 70,2% des cas. Le sex–ratio était de 1,3. Le statut vaccinal était correct dans 53,8%.
L'installation de la PFA était accompagnée de fièvre dans 81,4%. Elle était asymétrique dans 36,6% des cas. 51,9% des patients n'avaient pas de paralysie résiduelle.
Il y avait une suspicion de poliovirus dans 8,4% des cas et les entérovirus non polio ont été isolés dans 7% des cas.

Discussion

La prédominance des formes non asymétriques (46,2%), l'absence fréquente de paralysie résiduelle (51,9%) et la négativité quasi-constante de l'analyse virologique des selles (84,4%) aux entérovirus permettent d'évoquer d'autres étiologies des PFA comme le syndrome de Guillain et Barré (SGB). En Égypte, HALAWA et coll. rapportent que le SGB représentait la cause la plus importante des PFA depuis l'éradication de la po

Conclusion

La PAA est en voie d'éradication dans notre pays. La persistance de cas de PFA, devrait amener les praticiens à mieux examiner les patients et les autorités sanitaires à réorienter leur prise en charge.

Informations complémentaires
Pas de conflits d'intérêts.

Mots Clés

Paralysie flasque aigue
Poliomyélite antérieure aiguë
Enfant
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg