Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Encéphalopathie de Hashimoto: une cause rare d'état de mal épileptique
Houyam TIBAR (1), Wafaa REGRAGUI (1), Elhachmia AITBENHADDOU (1), Ali BENOMAR (1), Mohammed YAHYAOUI (1)
(1) Neurologie et Neurogénétique - Hopital des Specialités - 20100 - Rabat - Maroc
Résumé
Introduction

L'encéphalopathie de Hashimoto(EH) est l'association d'une encéphalopathie et une thyroïdite autoimmune avec augmentation des anticorps antithyroidiens. L'état de mal épileptique en constitue une forme rare, en voici un cas

Observation
Y. J. âgé de 30 ans, célibataire, sans antécédents notables, chez qui l'histoire de la maladie remonte à 3 mois par l'apparition de crises aphasiques récurrentes. Le patient s'est présenté dans notre formation pour un état de mal épileptique (EME) tonico-clonique généralisé apyrétique. À son admission, le patient était inconscient. Il a reçu aux urgences un traitement antiépileptique par voie veineuse auquel il a bien répondu. Les bilans radiologiques ont pu éliminer une thrombophlébite cérébrale, et la biologie a éliminé une encéphalite infectieuse. après stabilisation, l'examen neurologique trouva un patient ralenti ayant des troubles de mémoire et de concentration, sans déficit sensitivo-moteur, l'EEG avait montré de nombreuses ondes lentes Delta en frontal bilatéral. Le reste du bilan biologique a montré des anticorps anti thyroglobuline(TGO) élevés.
Le patient a reçu un bolus de corticoïdes(CTC) à la dose de 1gr/ j pendant 3 jours puis relais par voie orale par la dose de 1mg/kg pendant un mois puis dégression progressive sur 2mois, avec une très bonne amélioration notamment des troubles de mémoire et de concentration. Un traitement antiépileptique(AE) a été maintenu.

Discussion

Dans ce cas, l'EH fut retenue devant un EME avec bilans biologique, métabolique et infectieux normaux et un taux élevé d'anticorps anti TGO. L'EH est rare, les signes neurologiques révélateurs sont polymorphes où les crises épileptiques sont décrites, mais l'EME semble rare. sa physiopathologie est controversée, une vascularite cérébrale auto-immune est évoquée. La mauvaise réponse aux AE est caractéristique, l'amélioration est rapide sous CTC

Conclusion

l'intérêt de cette observation est de rappeler que le diagnostic d'EH doit être évoqué systématiquement devant les états de mal épileptiques inexpliqués.

Informations complémentaires


Mots Clés

État de mal épileptique
Hashimoto
Encéphalopathie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg