Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Oedème vasogénique étendu au cours d'une encéphalite de Bickerstaff
Elodie NERRANT (1), Camille FOURCADE (2), Sarah COULETTE (1), Catherine LECHICHE (2), Eric THOUVENOT (1)
(1) Neurologie - CHU de Nîmes - 30029 - Nîmes - France
(2) Maladies Infectieuses et Tropicales - CHU de Nîmes - 30029 - Nîmes - France
Résumé
Introduction

Les données radiologiques de l'encéphalite de Bickerstaff (EB) sont peu décrites dans la littérature. Nous présentons un cas d'EB avec description d'anomalies étendues en IRM et en TEP-FDG.

Observation
Une patiente de 36 ans fut admise pour céphalées une semaine après une sinusite traitée par pristinamycine depuis 48h. La ponction lombaire (PL) montra une méningite aseptique à polynucléaires neutrophiles, avec hyperprotéinorachie (1,01g/L). Elle fut traitée par ceftriaxone et aciclovir après une dose unique de dexaméthasone. Deux jours après l'entrée, elle présenta une diplopie binoculaire avec ataxie et nystagmus. L'IRM cérébrale montra des hypersignaux (HS) diffus et symétriques de la substance blanche sus-tentorielle, cérébelleuse et du tronc cérébral en séquence FLAIR, sans prise de contraste (PdC). L'apparition d'anticorps anti-GD1a de type IgG puis leur disparition à 3 mois confirma l'hypothèse d'une EB. La patiente récupéra progressivement sans traitement spécifique. La PL à J7 s'améliora avec un aspect polyclonal des Ig. Le TEP-FDG à un mois montra un hypométabolisme cingulaire postérieur, des jonctions temporo-occipito-pariétales, et cérébelleux. L'IRM cérébrale de suivi montra une régression incomplète des HS, qui persistent à un an, associés à une fatigabilité à l'effort et un tremblement mixte des membres supérieurs.

Discussion

L'EB est une atteinte centrale avec diplopie, ophtalmoplégie et troubles de conscience associée à des anticorps anti-gangliosides (anti-GQ1b dans 70% des cas). Des HS en séquence T2 sont décrits dans 11-30% des cas, au niveau du tronc cérébral, des thalami ou de la substance blanche supra-tentorielle. Notre cas avec anti-GD1a montre une atteinte radiologique très étendue contrastant avec une atteinte clinique partielle s'améliorant spontanément.

Conclusion

Les neurologues doivent savoir reconnaître ces lésions IRM étendues illustrant la variabilité clinico-radiologique des EB. Le lien entre les différents anticorps anti-gangliosides et les lésions IRM mérite d'être exploré.

Informations complémentaires
/

Mots Clés

Anticorps anti-gangliosides
Irm
Encéphalite de bickerstaff
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg