Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Épilepsies symptomatiques à virus Ebola : 5 observations colligées au service de neurologie du l'hôpital de l'amitié sino-guinéenne de Kipé Conakry/Guinée
Lansana Laho DIALLO (1), Kémoko CAMARA (1), Fofana YANKO (1), Ibrahima Mariama DIALLO (1), Morifodé DOUKOURÉ (2), Lansana KOUROUMA (3), Fatoumata SYLLA (4)
(1) Neurologie - Hôpital de l'Amitié Sino Guinéenne de Kipé - 3368 - Conakry - Guinée
(2) Psychiatrie - Hôpital National de Donka - 3368 - Conakry - Guinée
(3) Urgences Médico Chirurgicales - Hôpital de l'Amitié Sino Guinéenne de Kipé - 3368 - Conakry - Guinée
(4) Imagerie Médicale - Hôpital de l'Amitié Sino Guinéenne de Kipé - 3368 - Conakry - Guinée
Résumé
Introduction

Depuis Mars 2014 la Guinée vit une épidémie de fièvre hémorragique à virus Ébola, dont cinq des convalescents issus du centre de traitement Ébola de Conakry, avaient consultés en neurologie adulte pour des crises d'épilepsie

Objectifs

Décrire les présentations cliniques et électriques observées chez nos cinq convalescents d'Ébola, afin de leur assurer une meilleure prise en charge thérapeutique (médicamenteuse et psychologique) et d'une insertion sociale

Méthodes

Nous rapportons cinq observations colligées entre Mai et Septembre 2014. L'examen clinique neurologique, l'électroencéphalographie, le scanner cérébral sans et après injection intraveineuse du produit de contraste et le bilan sanguin (numération de la formule sanguine, goutte épaisse, glycémie, transaminases et chimie des urines) étaient pratiqués chez tous les patients. Une expertise psychologique des convalescents avait été demandée près de la psychologue de l'équipe des Médecins Sans Frontière en collaboration avec le service de psychiatrie de l'hôpital de Donka.

Résultats

Les extrêmes d'âge étaient 22 ans et 55 ans; 3 femmes, 2 hommes. 3 cas de crises inaugurales au CTE. Après le CTE, 2 cas de crises frontales, 3 cas de crises temporales étaient observées. 3 cas d'atrophie corticale temporale et 2 cas d'atrophie frontale au scanner. L'EEG retrouvait l'aplatissement dans 3 cas et dans 2 cas des activités bi et tri phasiques. Le syndrome inflammatoire était de règle. L'évolution était favorable sous phénobarbital 100mg

Discussion

La singularité de nos observations tenait au fait que, nos patients n'étaient pas épileptiques avant cette épidémie. Les crises morphéiques et temporales (mâchonnement, sensation de mort imminente et d'angoisse), corrélées aux anomalies de l'électroencéphalographie, ainsi que l'existence de telles lésions cérébrales, pourraient expliquer l'agressivité du virus Zaïre qui est le plus dangereux des cinq variétés de virus Ébola jusqu'alors connues

Conclusion

Cette étude replace l'intérêt de rechercher les anticorps anti-Ébola et anticorps anti-Lassa, chez la plupart des patients avec épilepsie de survenue récente, vivant dans les zones touchées après cette épidémie.

Informations complémentaires
Institut d'épidémiologie et de neurologie tropicale Limoges, MSF de France, LFCE

Mots Clés

Épilepsie
Épidémie
Ébola
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg