Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Déterminants lésionnels des troubles des tests de fluence verbale post accident vasculaire cérébral selon la méthode " voxel-based lesion-symptom mapping (VLSM)". L'étude GRECog-Vasc.
Mélanie BARBAY (1), Céline BRYER (1), Joël DAOUK (1), Martine ROUSSEL (1), Olivier GODEFROY (1)
(1) Service de Neurologie - CHU Amiens - 80000 - Amiens - France
Résumé
Introduction

Les troubles du langage surviennent chez 25 à 30% des patients présentant un AVC. Leur principal déterminant est la localisation de l'AVC, établit par des études de corrélations anatomo-cliniques comme la méthode VLSM.

Objectifs

L'objectif de notre étude était de définir les localisations lésionnelles associées à l'émergence d'un déficit de fluence verbale post-AVC en contrôlant les capacités d'expression orale qui contribuent à leur performances.

Méthodes

La population étudiée était la cohorte de l'étude GRECog-Vasc. Des tests de dénomination et de fluence verbale ont été réalisés à 6 mois post-AVC. Les IRM cérébrales étaient normalisées. Les tests de fluence verbale littérale (P, V, R) et catégorielle "animaux" étaient réalisés. La dénomination était évaluée par le Boston Naming Test Abrégé (BNTa). Une analyse de corrélation entre les performances aux tests de fluence et l'analyse visuelle des IRM cérébrales été réalisées selon la méthode VLSM.

Résultats

255 patients et 670 témoins ont été inclus. Ce travail a montré que le BNTa était déficitaire chez 36% des patients, le test de fluence catégorielle chez 26,7% et le test de fluence littérale chez 30,5%. Ces déficits étaient liés à des localisations lésionnelles déterminées pour le BNTa dans la région frontale inférieure (FI), putaminale, insulaire et dans la substance blanche profonde gauches. Pour les fluence "animaux", cela concernait la région FI, insulaire et rolandique gauches et la région putaminale droite.

Discussion

Cette étude conforte l'idée qu'il est difficile d'imputer aux seules régions temporales et frontales les performances aux tests de fluence verbale catégorielle et littérale . Il n'y a pas d'autres études à notre connaissance ayant pu mettre en évidence de corrélation anatomo-clinique entre le putamen droit et les performances aux tests de fluence "animaux", suggérant un rôle des structures sous-corticales droites dans la génération des fluences.

Conclusion

Notre étude conforte la corrélation entre la région FI gauche et les performances aux tests de dénomination et de fluence catégorielle et l'idée que le lobe frontal participe aux stratégies de recherche lexico-sémantiques.

Informations complémentaires


Mots Clés

Fluences verbales
Troubles cognitifs vasculaires
Déterminants lésionnels
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg