Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Sclérose en plaques et troubles cognitifs
Leila BEN ALJIA (1), Anissa KHEFIFI (1), Anis HASSINE (1), Ines CHATTI (1), Sana BEN AMOR (1), Salah HARZALLAH (1), Soufiene BEN AMMOU (1)
(1) Neurologie - CHU Sahloul - 4000 - Sousse - Tunisie
Résumé
Introduction

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie progressive qui retentit sur la qualité de vie et l'état psychologique des patients. Le déclin cognitif est bien admis aussi bien au stade précoce que tardif de la maladie.

Objectifs

Identifier la fréquence et la nature des troubles cognitifs observés au cours de la SEP et étudier l'interférence de la dépression et de la fatigue.

Méthodes

Une étude transversale portant sur 54 patients porteurs de SEP .
Les données sociodémographiques et cliniques ont été collectées.
Les fonctions cognitives ont été explorées par 5 tests de la batterie BC SEP cog : travail symbol digit modalities test (SDMT), paced audItiory serial addition test (PASAT 2 , 3), spacil recall test (SPART) et un test de la fluence verbale. La dépression et la fatigue étaient évaluées respectivement par les échelles Bek Depression Inventory (BDI) et et Modified Fatigue Impact Scale (MFIS).

Résultats

Nous avons colligé 54 patients. La fréquence des troubles cognitifs était de 33,3 %. Les tests les plus altérés étaient le SPART-T (61,1%) qui explore l'attention et la mémoire visuelle immédiate et le SDMT (40,7%) qui explore la vitesse de traitement de l'information. La fréquence de la fatigue et de la dépression étaient respectivement de 61,1% et 70,4%. Nous avons trouvé des corrélations positives entre le déficit cognitif et la présence de fatigue (p=0 ,018) ou de dépression (p=0 ,035).

Discussion

La fréquence des troubles cognitifs varie selon la méthodologie des séries et selon la définition du déclin cognitif qui n'est pas encore standardisée. Nos données ont montré une corrélation modérée entre la fatigue, la dépression et le déficit cognitif qui est constatée par plusieurs études. Cette interprétation doit être prudente car les études transversales ne peuvent pas confirmer le lien de causalité.

Conclusion

L'identification du déficit cognitif et de ses rapports avec l'état psychologique du patient est indispensable pour optimiser la prise en charge multidisciplinaire.

Mots Clés

Cognition
Fatigue
Dépression
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg