Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Troubles cognitifs dans la sclérose en plaques : rôle de la dépression
Mohamed JELLALI (1), Slim ECHEBBI (1), Nadia BEN ALI (1), Hela JAMOUSSI (1), Saloua FRAY (1), Meriam KCHAOU (1), Samir BLEL (2)
(1) Neurologie - Hopital Charles Nicolle - 1006 - Tunis - Tunisie
(2) Hopital Charles Nicolle - 1006 - Tunis - Tunisie
Résumé
Introduction

La sclérose en plaques (SEP) s'accompagne fréquemment de troubles dépressifs et cognitifs. Leur association a été largement étudiée dans la littérature et une éventuelle interaction reste un sujet controversé

Objectifs

L'objectif de l'étude fut d'une part, d'évaluer l'incidence de la dépression chez les patients souffrant de SEP, d'autre part, d'établir les relations existant entre état dépressif et les troubles cognitifs.

Méthodes

Trente patients atteints de SEP participaient à l'étude. Les symptômes dépressifs étaient évalués au moyen de l'échelle de dépression de Beck (BDI-II) L'évaluation du fonctionnement cognitif était réalisée grâce 10 tests explorant les différentes fonctions cognitives : l'attention, les mémoires épisodique verbale et visuo-spatiale, la mémoire de travail, les fonctions exécutives et praxiques le langage et la fluence sémantique

Résultats

23 patients (76,66%) présentaient une dépression ; 10% avaient un état gravement dépressif alors que 40% une dépression légère. La dépression était plus fréquente dans les formes secondairement progressives (88,89% des patients) que rémittentes (64,71%). L'importance du déficit cognitif apparaissait positivement corrélé à la gravité de la dépression : il existe une corrélation positive statistiquement significative entre la dépression (Beck II) et le nombre de tests atteints (r= +0,433 et p= 0,017)

Discussion

Les fonctions cognitives touchées par la dépression sont la vitesse du traitement de l'information et les fonctions exécutives ce qui explique l'absence de corrélation dans toute étude n'explorant pas ces fonctions. Pour la notre, dans laquelle ces fonctions étaient explorées, il existait une corrélation statistiquement significative entre la dépression et la sévérité de l'atteinte cognitive (p=0,017).

Conclusion

Cette étude met en évidence la fréquence de la dépression au cours de SEP et souligne l'importance de dépister systématiquement ce trouble de l'humeur qui parait aggraver l'atteinte cognitive.

Informations complémentaires
aucune

Mots Clés

Troubles cognitifs
Sclérose en plaques
Dépression
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg