Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Encéphalopathie de Gayet-Wernicke accompagnée de symptômes visuels et psychiatriques.
Aurélie PIERRE-JUSTIN (1), Marie-Violaine LEBOUTEUX (1), Flavie BOMPAIRE (1), Magali SALLANSONNET (1), Damien RICARD (1), Thierry DE GRESLAN (1), Hervé TAILLIA (1)
(1) Neurologie - HIA du Val de Grâce - 75005 - Paris - France
Résumé
Introduction

La carence en vitamine B1 est une urgence neurologique. Elle peut être responsable de lésions cérébrales irréversibles. Rare, elle se rencontre classiquement chez les patients alcooliques ou dénutris.

Observation
Une patiente de 30 ans, enceinte de 14 SA est hospitalisée pour troubles visuels bilatéraux et troubles de la mémoire accompagnés de propos délirants. Elle présente depuis le début de sa grossesse des vomissements incoercibles avec perte de poids de 20 kg. La patiente avait présenté 48 heures auparavant un flou visuel de début brutal avec au fond d'oeil des hémorragies pré papillaires bilatérales et une rétinopathie d'allure hypertensive. Par la suite, apparition de troubles de la mémoire récente, obnubilation, désorientation temporo-spatiale, propos incohérents et des troubles psychiatriques avec contact étrange et délire non systématisé avec hallucinations visuelles et auditives à thématique de mysticisme. l'IRM cérébrale met en évidence des hypersignaux FLAIR bithalamiques et en périphérie de l'aqueduc du mésencéphale avec un aspect floconneux des thalami et baisse du coefficient de diffusion. La ponction lombaire est normale. Le bilan biologique retrouve une hypokaliémie à 3,2 mmol/L, une hypoalbuminémie à 28g/L, des folates à 6,5 nmol/L et une Vitamine B1 indosable. Le diagnostic d'encéphalopathie de Gayet-Wernicke est posé et la patiente traité par Vitaminothérapie intra veineuse. Les symptômes visuels et cognitifs s'améliorent rapidement.

Discussion

L'encéphalopathie de Gayet-Wernicke est décrite classiquement sous la triade syndrome confusionnel, troubles oculomoteurs et syndrome cérébelleux. La singularité de notre présentation tient à la présentation initiale ophtalmologique, secondaire à une atteinte rétinienne carentielle, et à la prédominance du syndrome délitant ayant nécessité l'utilisation de neuroleptiques. Peu de données son disponibles quant au développement cérébral du foetus.

Conclusion

Il faut savon évoquer une carence en vitamine B1 devant des symptômes neurologiques accompagnés de troubles visuels ou psychiatriques, chez un patient présentant un contexte de dénutrition.

Informations complémentaires


Mots Clés

Carence en vitamine b1
Névrite optique carentielle
Délire organique
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg