Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Thrombophlébite post ponction lombaire (PL) : la corticothérapie après une PL a t elle un rôle ?
Amine RAGGABI (1), Nabil ABIDA (1), Youssef BENMOUH (1), Amine MNAILI (1), Jawad OUMERZOUK (1), Yahya HSSAINI (1), Ahmed BOURAZZA (1)
(1) Neurologie - Hmimv - 30000 - Rabat - Maroc
Résumé
Introduction

La thrombophlébite cérébrale est une situation peu fréquente, sa survenue après corticothérapie suite à une PL dans les atteintes cérébrales démyélinisantes suggère un lien de causalité. Notre patiente en est une illustration

Observation
Patiente de 33 ans, sans ATCD notables, suivie pour syndrome clinique isolé depuis 04 ans puis perdue de vue, est admise dans un tableau de céphalées postérieures intenses, avec survenue d'une crise épileptique généralisée, ceci dans les suites d'une ponction lombaire faite 15 jours auparavant, réalisée au cours d'un bilan suite à la survenue d'un 2ème évènement neurologique (NORB) traité par bolus de corticothérapie. patiente alors étiquetée atteinte de sclérose en plaque (SEP) avec survenue d'un syndrome post-PL 03 jours après la réalisation de la ponction lombaire, d'abord traité par antalgiques puis par méthyl-prédnisolone 240mg/j IV pendant 03 jours. L'EEG réalisé plaidait en faveur d'une HTIC et l'angio-IRM cérébrale urgente, objectivait une thrombose partielle du sinus longitudinale supérieur (SLS). L'évolution sous anticoagulant était favorable. Le diagnostic retenu était celui de thrombophlébite cérébrale post-PL sous corticothérapie à forte dose dans le cadre du bilan de sa SEP nouvellement diagnostiquée.

Discussion

Principalement étudiée chez des patients atteints de SEP. La relation entre corticothérapie à forte dose dans les suites d'une ponction lombaire et la thrombophlébite cérébrale a été rapportée dans la littérature, ceci avec ou sans facteurs de risque tel une thrombophilie. Certains auteurs relatent des cas de thrombophlébite cérébrale post-corticothérapie seule. D'autres suggèrent un lien entre PL et corticothérapie, hors maladies démyélinisantes

Conclusion

Différentes hypothèses physiopathologiques tendent à expliquer cette association. la précocité de diagnostic grâce à l'angio-IRM cérébrale et la rapidité de mise en route d'une anticoagulation conditionnent le pronostic

Informations complémentaires
Les auteurs déclarent qu'il n'y a pas de conflit d'intérêt.

Mots Clés

Ponction lombaire
Thrombophlébite cérébrale
Corticothérapie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg