Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

L'encéphalopathie de Gayet Wernicke : clinique et anomalies IRM
Siham BOUCHAL (1), Saloua AGOUMI (1), Hanan RAZZOUKI (1), Naoual BOUGTOUB (2), Mustafa MAAROUFI (2), Mouhamed Faouzi BELAHSEN (1)
(1) Neurologie - CHU Hassan II - 30000 - Fes - Maroc
(2) Radiologie - CHU Hassan II - 30000 - Fes - Maroc
Résumé
Introduction

L'encéphalopathie de Gayet Wernicke (EGW) est un trouble neurologique secondaire à une carence aiguë en thiamine. L'objectif de ce travail est de rappeler certaines situations cliniques évocatrices d'EGW et anomalies IRM.

Observation
Nous présentons 4 observations cliniques ainsi que leurs données IRM colligées sur une période d'une année.
Observation N° 1:
Patiente de 21 ans, enceinte à 4 mois, qui présente depuis 2 mois des vomissements, ictère cutanéo-muqueux avec amaigrissement, admise en réanimation pour syndrome confusionnel et tétraparésie.l'IRM cérébrale a montré des lésions bithalamiques et des tubercules quadrijumeaux.
Observation N° 2:
Patient de 60 ans, diabétique, tabagique et éthylique chronique, admis pour trouble de conscience, avec un GCS à 12 et une hémiparésie gauche. L'IRM a montré une lésion mésencéphalique périaqueducale avec restriction de la diffusion.
Observation N° 3:
Patiente de 52 ans, diabétique sous insuline admis en gastroentérologie pour vomissements chroniques secondaires à une pancréatite chronique et un abcès du foie. Le patient a un syndrome confusionnel avec à l'examen une ophtalmoplégie bilatérale. L'IRM a montré un hypersignal bithalamique, périaqueducale et des tubercules mamillaires.
Observation N° 4:
Patient âgé de 30 ans, qui présente suite à une grève de faim prolongée un syndrome confusionnel et des troubles oculomoteurs. L'IRM a révélé des anomalies compatibles d'EGW.

Discussion

L'EGW est due à une carence en thiamine le plus souvent secondaire à l'alcoolisme chronique, mais dans notre pays c'est les vomissements chroniques, et la dénutrition sévère. Le contexte clinique de nos patients nous a fait suspecter en premier d'autres pathologies comme la thrombose veineuse cérébrale, un accident vasculaire cérébral, ou un autre trouble métabolique. C'est l'aspect IRM qui était évocateur chez nos 4 patients.

Conclusion

L'IRM cérébrale présente un intérêt primordial pour penser au diagnostic de l'EGW. L'absence ou le retard de la mise en route du traitement influence le pronostic.

Informations complémentaires


Mots Clés

Encéphalopathie de gayet-wernicke
Anomalies irm
Clinique et contexte
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg