Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Une dysphagie aigue révélatrice d'une dissection carotidienne
Anne-Sophie PIEGAY (1), Aurélia MANCEAU (2), Christophe MAGNI (3), Pascal AUZOU (1), Canan OZSANCAK (1)
(1) Neurologie - CHR Orléans - 45100 - Orléans - France
(2) Orl - CHR Orléans - 45100 - Orléans - France
(3) Neuroradiologie - CHR Orléans - 45100 - Orléans - France
Résumé
Introduction

Les dissections carotidiennes peuvent être responsables d une dysphagie par atteinte des derniers nerfs crâniens. Cette symptomatologie est rarement isolée.

Observation
Une patiente de 43 ans aux antécédents d HTA et de migraine consulte aux urgences pour un trouble isolé de la déglutition avec dysphagie indolore, installé une semaine auparavant, avec des difficultés prédominant aux solides. Elle avait présenté huit jours plus tôt une bronchite aiguë. L examen ORL retrouve une paralysie des nerfs glossopharyngien et pneumogastrique gauches. La patiente présente par ailleurs une hémicrânie gauche, évoluant par des accès d installation aiguë et accompagnée de vomissements, atypiques chez cette patiente migraineuse. L examen neurologique révèle une voie nasonnée et soufflée, un discret syndrome de Claude Bernard Horner (CBH) gauche, associé à une paralysie du nerf hypoglosse gauche avec déviation de la langue et début d atrophie hémi- linguale gauche. Le diagnostic de dissection carotidienne gauche dans sa portion sous-pétreuse de forme sous adventielle est posé à l imagerie combinant angioTDM, AngioRM et echoDoppler des TSA. L IRM cérébrale confirme l absence de lésion ischémique cérébrale. Un traitement anti-aggrégant plaquettaire est instauré. Une prise en charge orthophonique intensive permets une nette amélioration au bout d une semaine d hospitalisation.

Discussion

Les dissections carotidiennes se manifestent par des AVC ou des signes compressifs locaux. Parmi ces derniers, le plus fréquent est le signe de CBH retrouvé dans 38,5% des cas. Une atteinte des derniers nerfs crâniens est rapportée dans 5.2%, avec le plus souvent une atteinte linguale isolée ou prédominante. Une dysphagie importante et isolée est beaucoup plus rare.

Conclusion

Au même titre que les causes tumorales ou infectieuses, une dissection carotidienne doit être recherchée devant une symptomatologie frustre à type de dysphagie aiguë isolée.

Informations complémentaires


Mots Clés

Dysphagie
Dissection
Céphalées
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg