Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Une atteinte cérébrale de la toxocarose
Charlotte BEAL (1), Anne-Marie MILESI (2), Baptiste GLACE (2), Xavier MOISSET (1), Nicolas VITELLO (3), Pierre CLAVELOU (4), Marion HERMET (5)
(1) Neurologie - CHU Gabriel Montpied - 63000 - Clermont Ferrand - France
(2) Rhumatologie / Médecine Interne - CH Jacques Lacarin - 3200 - Vichy - France
(3) Neurologie - CH Jacques Lacarin - 3200 - Vichy - France
(4)
(5) Rhumatologie Médecine Interne - CH Jacques Lacarin - 3200 - Vichy - France
Résumé
Introduction

L'infection à Toxocara canis est une des parasitoses les plus fréquentes en France. Les atteintes du système nerveux central sont exceptionnelles.

Observation
Une femme de 73 ans aux antécédents d'AVC ischémique, d'hypertension et de dyslipidémie était hospitalisée pour oedème lingual et cervical associé à une éosinophilie à 9.72 G/L. La sérologie Toxocara canis était positive dans le sang avec une confirmation en Western Blot. L'oedème lingual régressait en moins de 24 heures.
Un traitement par albendazole était débuté et on notait dès J2 une décroissance de l'éosinophilie.
A J4 la patiente était réadmise pour une désorientation temporo spatiale, une irritation pyramidale et une amnésie des faits récents régressant en moins de 24 heures. Des troubles de mémoire et une euphorie persistaient. L'IRM cérébrale retrouvait de multiples lésions de la substance blanche (SB) périventriculaire en hypoT1, hyperT2, sans prise de contraste ni traduction en diffusion. L'EEG était sans particularité.
On notait une synthèse intrathécale d'immunoglobulines et la sérologie Toxocara canis était positive dans le LCR. Le traitement comprenant une corticothérapie orale et la poursuite du traitement anti-helminthique permettait une évolution clinique favorable.

Discussion

Moins de 50 cas d'atteinte centrale liés à la toxocarose ont été rapportés chez l'immunocompétent. Cette atteinte peut se traduire par une épilepsie, une méningo-encéphalite, une myélite ou une encéphalopathie. La sérologie T. canis est souvent positive dans le LCR. L'IRM peut montrer des lésions de la SB, en hyper signal T2. Ces anomalies, généralement persistantes, semblent en rapport avec des lésions ischémiques secondaires à une vascularite

Conclusion

L'atteinte neurologique centrale de la toxocarose est exceptionnelle mais doit être recherchée. La présentation clinique est polymorphe. L'analyse du LCR et l'IRM encéphalique peuvent aider le clinicien.

Informations complémentaires


Mots Clés

Toxocarose
Eosinophilie
Bandes oligoclonales
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg