Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Infarctus cérébral traité par thrombolyse au cours d'une maladie de Takayashu
Victoria USTINOVA (1), Lamia KHIAR (1), François BELLENOT (2), Jean François PAILLON (3), Philippe NICLOT (1), Roxana POLL (1), Christian TANOH (1)
(1) Neurologie - CH Rene Dubos - 95303 - Cergy Pontoise - France
(2) Chirurgie Vasc. - CH Rene Dubos - 95303 - Cergy Pontoise - France
(3) Radiologie - CH Rene Dubos - 95303 - Cergy Pontoise - France
Résumé
Introduction

La maladie de Takayashu (MT) est une artérite inflammatoire non spécifique affectant l'aorte et ses branches primaires où les infarctus cérébraux sont rares. Nous rapportons d'infarctus cérébral survenu au cours de la MT.

Observation
Patiente de 42 ans hospitalisée pour hémiplégie droite et aphasie d'installation brutale. Antécédents : MT traitée par CELLCEPT et CORTANCYL, hypertension et tabagisme actif. A l'admission: aphasie, déviation du regard à gauche, HLH droite, PFC droite, hémiplégie droite, score NIHSS à 18. IRM cérébrale : infarctus sylvien profond gauche ; occlusion de l'artère cérébrale moyenne gauche en M1. Echo-doppler cervical : sténose des deux artères carotides communes ; sténose > 90% du bulbe de l'artère carotide interne gauche. Une thrombolyse IV 3 h 35 min après le début des troubles : évolution clinique favorable avec amélioration de la motricité de l'hémicorps droit et des troubles du langage. Angioscanner TSA : épaississement pariétal de la crosse aortique et des carotides communes, sténose à 90% du bulbe carotidien gauche et à 60% du bulbe carotidien droit. Endartériectomie gauche à distance de l'infarctus . Examen anatomo-pathologique de la pièce opératoire : plaques d'athérome calcifiées sans signes d'inflammation.

Discussion

Contrairement aux AIT de mécanisme hémodynamiques, en rapport avec le rétrécissement progressif des troncs supra-aortiques, les infarctus cérébraux sont rares au cours de la MT. Dans notre observation, l'infarctus s'explique par une embolie d'artère à artère, du à un athérome accéléré favorisé par des facteurs de risque non contrôlés et la corticothérapie au long cours, l'artérite n'étant pas directement en cause.

Conclusion

La rareté des infarctus cérébraux au cours de la MT doit conduire à envisager des mécanismes distincts de l'artérite. La thrombolyse peut être utilisée; le contrôle drastique des facteurs de risque est impératif.

Informations complémentaires


Mots Clés

Maladie de takayasu
Avc
Artérite
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg