Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Epidémiologie des affections neurologiques dans une population de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) à Parakou en 2014.
Thierry ADOUKONOU (1), Jolianelle DASSI-GBENOU (1), Rodnel AHANHANZO GLELE (1), Albert DOVONOU (1), Arsène KPANGON (1), Dismand HOUINATO (2)
(1) Faculté de Médecine Université de Parakou - Uer Neurologie - 03Bp10 - Parakou - Bénin
(2) Fss Université d'Abomey Calavi - Uer Neurologie - Bp188 - Cotonou - Bénin
Résumé
Introduction

Les affections neurologiques sont fréquentes et surviennent à tous les stades de l'infection à VIH. Leur épidémiologie est mal connue au Bénin

Objectifs

Etudier l'épidémiologie des affections neurologiques dans la population des personnes vivant avec le VIH à Parakou en 2014.

Méthodes

Etude transversale réalisée du 1er Juin au 15 Septembre 2014 auprès des PVVIH suivis dans le Centre de Traitement Ambulatoire. Les manifestations neurologiques périphériques et centrales étaient systématiquement recherchées chez tous les patients au travers de l'interrogatoire, de l'examen et des données du dossier médical du patient. Les principales atteintes du système nerveux étaient notées et classées après une validation en staff par un collègue de spécialistes (neurologue, interniste, radiologue).

Résultats

Ils étaient 289 sujets dont 73 (25,3%) de sexe masculin. L'âge moyen était de 38,0ans+/-10,1ans avec une durée moyenne de l'infection de 48,5mois+/-37,1mois et 260 (90,0%) étaient sous antirétroviraux.
Parmi eux 110 (38,1%) avaient présenté au moins une complication neurologique du VIH ; il s'agissait de : les neuropathies périphériques 99 (34,3%), céphalées isolées 15 (5,2%), Accident vasculaire cérébral 2 (0,7%), démence 1 (0,3%), toxoplasmose cérébrale 1 (0,3%), méningite bactérienne 1 (0,3%).


Discussion

Les principaux facteurs associés aux complications neurologiques étaient l'âge, le lieu de provenance, la prise de médicament neurotoxique dont certains antirétroviraux et le taux de CD4. La faible proportion de sujets ayant des complications s'explique par la prophylaxie systématique au cotrimoxazole et la bonne observance d'une part mais aussi la plupart sont sous antirétroviraux qui majorent le risque de neuropathies périphériques.

Conclusion

Les affections neurologiques sont fréquentes et dominées par les neuropathies périphériques.

Informations complémentaires


Mots Clés

Vih
Neuropathie
Affections neurologiques
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg