Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

AVC ischémique du sujet jeune et toxiques : un cas de mésusage de buprénorphine
Sophie MATHAIS (1), Nathalie BOURGOIS (1)
(1) Neurologie - CHU Gabriel Montpied - 63000 - Clermont Ferrand - France
Résumé
Introduction

En France, 25% des accidents vasculaires cérébraux constitués ischémiques (AIC) surviennent avant 65 ans. On estime que 6% seraient dus à la consommation de stupéfiants.

Observation
Un homme de 40 ans est découvert à son domicile avec une monoplégie et hypoesthésie du membre supérieur droit ainsi qu'une aphasie avec mutisme (NIHSS à 14).
Il est droitier, héroïnomane substitué par buprénorphine, tabagique récemment sevré, sans autre facteur de risque cardiovasculaire. Son traitement habituel comprend également du zolpidem.
Le scanner cérébral sans injection est considéré comme normal. L'ensemble du bilan revient négatif (échodoppler des troncs supra-aortiques, télémétrie de 48 heures, échographie cardiaque transthoracique et transoesophagienne, recherche de diabète, de dyslipidémie, bilan infectieux et immunologique).
Mais son IRM cérébrale en séquence de diffusion est tout à fait particulière. Elle met en évidence des hypersignaux multiples, hémisphériques gauches, de petite taille, touchant à la fois la substance blanche, les ganglions de la base et le cortex.
Notre patient a un antécédent d'abcès cervical droit avec thrombophlébite jugulaire en 2012 suite à un mésusage de buprénorphine (injection cervicale).
Il s'agit donc très probablement d'une nouvelle complication de mésusage de buprénorphine par injection carotidienne gauche.
L'évolution dans le service a été favorable avec une bonne récupération (NIHSS de sortie à 0).

Discussion

Les complications ischémiques distales des injections de buprénorphine sont bien décrites mais il n'existe qu'une revue de 7 cas publiée par une équipe de Singapour sur les AIC secondaires à une injection carotidienne.
A l'exception d'un cas, la clinique, l'imagerie cérébrale, le reste du bilan (imagerie des troncs supra-aortiques, échographie cardiaque) et l'évolution sont similaires à ceux de notre patient.

Conclusion

Il pourrait donc exister un pattern clinico-radiologique de l'accident vasculaire cérébral ischémique par mésusage de buprénorphine par injection intra-carotidienne.

Informations complémentaires


Mots Clés

Imagerie par résonance magnétique
Buprénorphine
Accident vasculaire ischémique
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg