Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Marseille 2015

Présentation pseudotumorale d'un abcès cérébral pyogène à Klebsiella pneumoniae.
Laurent GUILLOTON (1), Francesco SIGNORELLI (2), François LEMOIGNE (3), Jacques GUYOTAT (2), Isabelle PELISSOU GUYOTAT (2), Laetitia QUESNEL (1), Alain DROUET (1)
(1) Neurologie - HIA Desgenettes - 69275 - Lyon - France
(2) Neurochirurgie - Hôpital Neurologique Ghe - 69677 - Bron - France
(3) Radiologie - HIA Desgenettes - 69275 - Lyon - France
Résumé
Introduction

Les abcès bactériens cérébraux sont parfois de diagnostic difficile, malgré l'apport le l'imagerie moderne. Les auteurs se proposent autour d'un cas de revenir sur les données en IRM, notamment de diffusion et de perfusion.

Observation
dossier 20454843. Un homme 33 ans droitier diabétique de type 1 fut pris en charge pour une première crise comitiale géréralisée. L'examen clinique et la biologie usuelle étaient normaux. Une lésion fronto-temporale droite fut découverte sur l'IRM: elle était hétérogène avec un centre nécrotique en hyposignal T1, hypersignal T2 et Flair, entouré d'une zone discrètement en hypersignal T1 et en hyposignal T2 et Flair. Il existait une prise de contraste périphérique, le centre restant hypo-intense après injection de gadolinium. Il existait un oedème périlésionnel. En diffusion l'aspect était hétérogène avec un hyposignal central en b1000 entouré d'un hypersignal périphérique; l'ADC était élevé en cette partie centrale et chutait en périphérie. La perfusion montrait un rCBV à 1,1 au niveau de la prise de contraste. L'aggravation brutale du patient qui présenta une hémiparésie gauche avec hypertension intracranienne accéléra la décision d'exérèse chirurgicale avec crâniectomie décompressive. L'analyse cytologique révéla un abcès à Klebsiella pneumoniae. Un traitement antibiotique adapté à l'antibiogramme par Meropenem 6g/j et Ciprofloxacine 800 mg/j pendant 2 mois permit une évolution excellente, autorisant, après 8 mois, une crânioplastie de reconstitution.

Discussion

Le diagnostic d abcès cérébral bactérien en l absence de contexte clinique évocateur peut être difficile. L'IRM fut prise à défaut en raison du caractère hétérogène de la lésion avec une lésion en coque réhaussée par le gadolinium et en diffusion un ADC élevé dans la partie centrale; la perfusion avec un rCBV non élevé ne permettait pas seule d'asseoir ce diagnostic. La chirurgie fut ainsi nécessaire pour permettre le diagnostic d'abcès pyogène.

Conclusion

Cette observation permet de souligner la difficulté parfois rencontrée de poser le diagnostic d'abcès cérébral malgré l'apport de l'IRM. Un geste d'exérèse neurochirurgicale, salvateur et thérapeutique est souvent nécessaire.

Informations complémentaires


Mots Clés

Tumeur cérébrale
Imagerie par résonance magnétique
Abcès cérébral
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg