Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Strasbourg 2014

LES FACTEURS DE RISQUES CARDIOVASCULAIRE EN AFRIQUE NOIRE
Mofou BELO (Lome)
Résumé
Introduction

La lutte contre les facteurs de risques cardiovasculaires reste la stratégie à adopter afin de diminuer l'incidence des AVC qui selon L'OMS seront la première cause de mortalité en Afrique Subsaharienne

Objectifs

Estimer les indices épidémiologiques dans les principaux facteurs de risque des AVC en Afrique Subsaharienne en mettant l'accent sur ceux sur lesquels une action doit être menée par l'information et l'éducation des population

Méthodes

Nous avions procédé à une revue de la littérature sur les dernières publications sur les AVC et leurs facteurs de risque en Afrique Subsaharienne.

Résultats

Il apparait qu'à la lumière des recommandations de L'OMS, plusieurs pays ont procédé à l'enquête STEPS en 2010.
Des donnés hospitalières expliquent L'HTA présente 59 à 80% dans le mouvement des AVC. En revanche dans la population générale des pays enquêtés prévalence de l'HTA est de 19 à 22%.
Pour le diabète, il s'avère que plus de 90% des personnes enquêtée n'ont jamais réalisé un test de glycémie entre 2,5 à 3% des personnes sont diabétique. L'obésité apparaissait plus importante en milieu urbain, 12 à 25% contre 3 à 12% en milieu rural.
L'hypercholestérolémie était de 18% chez les femmes et 13% chez les hommes et plus marqués entre 45-64%, les tranches d'âge à risque les consommations du tabac a été 7 à 22% suivant certains régions avec une certaine prédominance masculine.
L'inactivité physique étant plus élevée en milieu urbain (21%) et 12% en milieu rural.

Discussion

Les AVC défient les systèmes de santé en Afrique noire où les économies sont déjà éprouvées par la crise mondiale. Ces pays sont loin de faire face à cette nouvelle pandémie par la mise en place d'unités neurovasculaires équipés. La maîtrise des principaux facteurs de risque, la promotion de l'activité physique, la formation des personnels spécialisés et la disponibilité des médicaments essentiels devraient aider à réduire la morbimortalité.

Conclusion

L'HTA reste de loin le premier facteur de risque des AVC. Une bonne politique de dépistage et de prise en charge de l'HTA devrait permettre de réduire considérablement le nombre de décès et de handicap liés aux AVC.
Informations complémentaires
Remerciements au Dr AGOUDAVI K, directeur du PLMNT du Togo





Auteur(s) :
MOFOU BELO (1), VINYO VINCENT KUMAKO (1), KOKOU MENSAH GUINHOUYA (1), LANSANA LAHO DIALLO (2), AGNON KOFFI AYELOLA BALOGOU (3)
(1) CHU SYLVANUS OLYMPIO, CLINIQUE NEUROLOGIQUE, 99345, LOME, TOGO
(2) CHU CONAKRY , SERVICE DE NEUROLOGIE, 3368, CONAKRY, GUINEE
(3) CHU DU CAMPUS, SERVICE DE NEUROLOGIE, 99345, LOME, TOGO

Mots Clés

Facteurs de risques vasculaires
Avc
Afrique subsaharienne
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg