Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Strasbourg 2014

PLACE DES METABOLITES DU PRECURSEUR DE LA PROTEINE AMYLOÏDE (APP) DANS LE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA MALADIE D’ALZHEIMER : PRESENT ET FUTUR
Armand PERRET-LIAUDET (Bron)
Résumé
(LCR) par 1/l’augmentation des protéines Tau totales [t-TAU]LCR et Tau phosphorylées en position 181 [p181-Tau]LCR, 2/la diminution du peptide amyloïde Abeta 1-42 [A(ß) 42]LCR. La baisse de [A(ß) 42]LCR est peu spécifique pour diagnostiquer la MA en comparaison de l’élévation de [p181-Tau]LCR. A l’origine de cette déconvenue, deux erreurs initiales: le raccourci admis entre baisse de [A(ß) 42]LCR et présence de PS; l’assimilation des PS aux entités pathogènes.
Les peptides amyloïdes (A(ß)) proviennent du métabolisme de l’APP après digestion par (ß) /(ß) -sécrétases, A?40 étant quantitativement majoritaire (85% des A(ß)). La digestion d’A(ß) 42 donne A?38: le quotient [A(ß) 42]LCR/[A(ß) 38]LCR serait un marqueur de l’activité (ß) -sécrétase. La voie sécrétoire de l’APP donne les formes solubles sAPP(ß) et sAPP(ß). L’accumulation cérébrale de A(ß) s’explique soit par une forte surproduction A(ß) dans les formes génétiques, soit par l’effet combiné d’une surproduction A(ß) et d’un défaut de leur clearance cérébrale dans les formes sporadiques. [A(ß) 40]LCR témoignant de la charge amyloïde et A(ß) 42 s’agrégeant plus dans les PS qu’A(ß) 40, le quotient [A(ß) 42]LCR/[A(ß) 40]LCR permet d’augmenter la spécificité du dosage surtout lors de profils LCR «dissociés». Les conclusions de certaines études postulant l’intérêt prédictif d’une diminution isolée de [A(ß) 42]LCR à un stade préclinique de la maladie devraient être revisitées à la lumière des résultats de [A(ß) 42]LCR/[A(ß) 40]LCR.
L’enjeu majeur est la mise au point du dosage dans le LCR des oligomères solubles d’A(ß) 42: ils sont reconnus comme étant les formes pathogènes et transmissibles (modèles expérimentaux) de la maladie au détriment des PS et leur augmentation dans le LCR est corrélée à la clinique. En conclusion, l’utilisation du ratio [A(ß) 42]LCR/[A(ß) 40]LCR a permis d’améliorer en partie la spécificité de [A(ß) 42]LCR mais c’est le dosage des oligomères solubles qui devrait provoquer une deuxième révolution dans la stratégie diagnostique de la MA dans son stade précoce.


Auteur(s) :
ARMAND PERRET-LIAUDET (1, 2), ISABELLE QUADRIO (1, 2), LUC ZIMMER (2)
(1) SERVICE DE NEUROBIOLOGIE CBPE HOPITAUX DE LYON
(2) CENTRE DE RECHERCHE EN NEUROSCIENCES DE LYON (LABORATOIREBIORAN) UNIVERSITE LYON 1 - CNRS UMR5292 - INSERM U1028; 59 BOULEVARD PINEL BRON, FRANCE

Mots Clés

Peptides amyloïdes
Démence
Oligomere
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg