Jnlf
Envoyer
 
imprimer

Résumé Jnlf Nice 2012

SEMIOLOGIE ET EXPLORATION DES TROUBLES URINAIRES CHEZ LES PATIENTS AVEC AVC
Romain Caremel (1), Veronique Phe (1), Carmelita Scheiber Nogeira (2), Marianne de Seze (3), Gilles Karsenty (3), Xavier Game (1)
(1) Urologie - Charles Nicolle - 76000 - Rouen - France, (2) Neuro Urologie - Charles Nicolle - 76000 - Rouen - France, (3) Mpr - Charles Nicolle - 76000 - Rouen - France
Résumé
Resume
Les troubles vésico-sphinctériens (TVS) post AVC sont fréquents. Ils altèrent la qualité de vie des patients et peuvent se modifier dans le temps avec une résolution spontanée dans la moitié des cas à 12 mois. L'incontinence urinaire domine la plainte fonctionnelle avec dans 85% des cas des fuites par urgenturie. Il s'y associe les autres symptômes du syndrome clinique d'hyperactivité vésicale: pollakiurie et nycturie. Elle peut être majorée par des difficultés de communication ou de déplacement. Il faudra éliminer une fausse incontinence avec des mictions par regorgement lié à une rétention urinaire. La dysurie de novo est retrouvée dans 17% des cas. Dans 90% des cas les troubles de la vidange vésical sont dus à une hypoactivité vésicale dont les causes sont souvent multiples: origine médicamenteuse; épine nociceptive; lésion des centres mictionnels corticaux ; obstacle urologique préexistant et décompensé. Le bilan urodynamique (BUD) n'a pas de caractéristiques particulières suivant le type et la latéralité de l'AVC. Il est retrouvé une hyperactivité détrusorienne dans 70% des cas. Une dyssynergie vésico-sphinctérienne est retrouvé dans 18% des cas. Le bilan initial comprend un interrogatoire dirigé sur les symptômes vésico-sphinctériens avec l'analyse d'un calendrier mictionnel sur 3 jours. L'utilisation de questionnaire peut donner une référence initiale du statut mictionnel. Il sera utile de se renseigner sur l'existence de TVS préexistant à l'AVC et de rechercher une pathologie urologique (adénome prostatique). Une évaluation complète des déficiences déterminera la capacité du patient à se déplacer aux toilettes, et à s'autosonder. Des examens non invasifs comme une débitmétrie et la mesure du résidu post mictionnel permettent d'évaluer la vidange vésicale. Une échographie vésico-rénale couplé à un ASP, destinée à rechercher une lithiase urinaire, et à dépister un retentissement précoce sur l'appareil urinaire peuvent être prescrit. Le BUD comprendra une cystomanométrie, une débitmétrie et une profilométrie. Ce bilan neuro-urologique initial devra être l'objet d'une réévaluation périodique.

infos sup


Mots Clés

Accident vasculaire cerebral
Troubles vesicosphincteriens
Incontinence urinaire
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg