JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Paris 2011

ETUDE OBSERVATIONNELLE DES STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES CHEZ LES PATIENTS AVEC UNE MALADIE D’ALZHEIMER AVEC BÉNÉFICE INSUFFISANT D’UNE MONOTHÉRAPIE PAR VOIE ORALE
Pierre Krolak-Salmon (1), Florence Mahieux (1), Jean-Philippe Delabrousse Mayoux (1), Philippe Thomas (1), Jean-Jacques Péré (1), Isabelle Bourdeix (1)
(1) Villeurbanne
Résumé
Introduction

Les stratégies permettant d’orienter le choix thérapeutique en cas de bénéfice insuffisant des traitements actuels de la maladie d’Alzheimer (MA) sont peu étudiées dans la littérature.

Objectifs

Cette étude proposait d’évaluer, chez des patients tirant un bénéfice insuffisant d’une monothérapie par voie orale, l’impact sur leur devenir et sur celui de l’aidant d’une modification de la stratégie thérapeutique.

Méthodes

Les patients avec MA sans bénéfice de leur traitement antérieur ou avec insuffisance de tolérance ou impossibilité d'atteindre la dose optimale se voyaient proposer une des 3 stratégies suivantes, substitution par une autre forme orale, bithérapie ou passage à une forme transdermique, et un suivi clinique de 24 semaines. Le MMSE, la mini-Zarit, les troubles du comportement et l' Impression Clinique Générale (ICG) étaient évalués ainsi que l'observance et l’acceptabilité au moyen d’un questionnaire.

Résultats

45 patients sous substitution orale, 125 sous bithérapie et 213 sous forme transdermique ont été analysés. L’évolution du score MMSE s'est révélée respectivement de -0.2, -0.3, -0.1. 36.1% des patients ont continué à se détériorer sous bithérapie, 34.1% sous substitution orale, et 19% sous forme transdermique selon l' ICG. Les arrêts de traitement pour effets indésirables systémiques ont été plus nombreux dans le groupe substitution orale (11.1%), avec 6.2% d’arrêts pour effets cutanés avec la forme transdermique.

Discussion

L’évolution des troubles du comportement et l’ICG ont été positives quelle que soit la stratégie utilisée. Les scores d’observance et d’acceptabilité du traitement par l’aidant ont été meilleurs avec la forme transdermique ce qui se traduit par une diminution du score du fardeau de l’aidant, mais les arrêts de traitement plus nombreux en raison des réactions cutanées.

Conclusion

Les trois stratégies stabilisent une majorité de patients dans cette population sur la période de suivi. La bithérapie est bien tolérée mais son efficacité thérapeutique par rapport une monothérapie n’est pas confirmée.

Informations complémentaires
L'étude a été réalisée grâce à un financement de Novartis Pharma S.A.S.

Mots Clés

THERAPEUTIQUE
AIDANT
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg