JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Paris 2011

VALIDATION DE LA VALEUR PRÉDICTIVE DU RAPPORT A?42/A?40 DU LIQUIDE CÉRÉBROSPINAL POUR LE DIAGNOSTIC DE LA MALADIE D’ALZHEIMER
Sophie Godard Ducceschi (1), Valérie Chauvire (1), Damien Pietrin (1), Frédéric Dubas (1), Annick Barthelaix (1), Frédérique Etcharry Bouyx (1)
(1) Angers
Résumé
Introduction

Les nouveaux critères diagnostiques de la maladie d'Alzheimer (MA) incluent des biomarqueurs physiopathologiques dont la diminution du peptide béta-amyloïde et l'augmentation des protéines tau totale et phosphorylée (P-tau).

Objectifs

Des études antérieures ont montré l’intérêt du ratio Abéta42/Abéta40 du liquide cérébrospinal (LCS) pour le diagnostic différentiel de la MA. L'objectif de l'étude est de confirmer l'intérêt de ce ratio en pratique clinique.

Méthodes

Les 165 sujets inclus comprenaient 77 patients MA, 22 patients Mild Cognitive Impairment (MCI), 30 avec une autre démence (OD), 8 avec une démence à corps de Lewy (DCL), 9 avec une atrophie focale (AF) et 19 patients présentaient une démence d’origine non dégénérative (ND). Les sujets ont réalisé une évaluation neuropsychologique, une imagerie cérébrale (135 IRM, 31 TDM), une imagerie fonctionnelle (SPECT-HMPAO pour 143 patients) et un dosage des biomarqueurs du LCS (procédure standardisée dans un seul laboratoire).


Résultats

Les concentrations de P-tau, Abéta42 et du ratio Abéta42/Abéta40 étaient significativement différentes chez les patients MA comparativement aux patients OD et ND. Nous avons étudié la performance du ratio Abéta42/Abéta40 au sein de notre échantillon de patients (MA et OD), la sensibilité était de 96 %, la spécificité de 63 %, la valeur prédictive positive de 90 %, la valeur prédictive négative de 80 %.


Discussion

L'originalité de cette étude repose sur le caractère homogène de l'analyse clinique (un seul clinicien) et biochimique (procédure standardisée). Nous avons confirmé l'intérêt du ratio Abéta42/Abéta40 pour distinguer la population MA d'une autre démence d'origine non dégénérative toutefois il manque de spécificité à l'échelle individuelle. Nous proposons de poursuivre l'étude en combinant différents biomarqueurs (P-tau et ratio Abéta42/Abéta40).

Conclusion

Cette étude confirme la place du ratio Abéta42/Abéta40 en pratique clinique dans le diagnostic différentiel de la maladie d'Alzheimer au même titre que les autres biomarqueurs du LCS et d'imagerie.


Mots Clés

Biomarqueurs
Maladie d'alzheimer
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg