JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Paris 2011

INFLUENCE DU NIVEAU D’ÉTUDE SUR LA PROGRESSION DES HYPERSIGNAUX DE SUBSTANCE BLANCHE DANS UNE COHORTE DE SUJETS ÂGÉS
Alexandra Foubert-Samier (1), Pauline Maillard (1), Catherine Helmer (1), Hélène Amieva (1), Michèle Allard (1), Bernard Mazoyer (1), Jean-François Dartigues (1)
(1) Bordeaux
Résumé
Introduction

Le niveau d'étude et les hypersignaux de substance blanche (HSB)sont associés au déclin cognitif et au risque de démence, le premier dans un sens protecteur et les seconds dans un sens péjoratif.

Objectifs

L'objectif est d'évaluer si le niveau d'étude a une influence sur la progression des HSB indépendamment de l'âge, du sexe et des facteurs de risque cardiovasculaire (FRCV) dans l'hypothèse d'un processus de réserve cérébrale.

Méthodes

Lors du suivi de la cohorte prospective bordelaise des 3 cités, 2 imageries par résonnance magnétique (IRM) cérébrales ont été réalisées à l'inclusion et au suivi à 4 ans. La progression de la charge d'HSB a pu être évaluée à partir d'un suivi longitudinal de 382 IRM de sujets non déments âgés de 65 ans et plus. Nous avons étudié la progression de la charge d'HSB en fonction du niveau d'étude par une analyse de régression linéaire multiple avec un ajustement sur l'âge, le sexe, les FRCVet le délai entre les 2 IRM.

Résultats

Les sujets de hauts niveaux d'étude présentent une progression significativement moins importante de leur charge d'HSB que les sujets de bas niveaux d'étude indépendamment de l'âge, du sexe et des FRCV (coefficient Beta=-0,078, p=0,005). Des analyses complémentaires n'ont pas montré de différence significative concernant l'importance ou le contrôle des FRCV entre les sujets de hauts niveaux d'étude et les sujets de bas niveaux d'étude.

Discussion

Un haut niveau d'étude semble être protecteur vis-à-vis du risque de démence ou de déclin cognitif. Des processus de réserve cérébrale et/ou cognitive sont évoqués pour expliquer ce mécanisme protecteur. Par ce travail, nous confirmons la participation du niveau d'étude dans la constitution des capacités de réserve en montrant une relation avec la progression des HSB et ceci indépendamment de la présence des FRCV voire de leurs contrôles.

Conclusion

La participation du niveau d'étude dans la constitution des capacités de réserve cérébrales et/ou cognitives passe aussi par un effet sur la composante vasculaire et la formation des HSB.



Mots Clés

EDUCATION
VIEILLISSEMENT CEREBRAL
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg