JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Paris 2011

EVALUATION DE LA CAPACITÉ À CONSENTIR À DES ÉTUDES BIOMÉDICALES CHEZ LES PATIENTS ÂGÉS ATTEINTS DE TROUBLES COGNITIFS
Emmanuelle Duron (1), Melodie Boulay (1), Anne-Sophie Rigaud (1), Olivier Hanon (1), Laurence Hugonot-Diener (1)
(1) Paris
Résumé
Introduction

Les sujets âgés atteints de troubles cognitifs sont souvent amenés à participer à des études médicales mais il n’existe pas d’outils spécifique pour les patients atteints de maladie d’Alzheimer (MA)

Objectifs

Evaluer la capacité à consentir de sujets agés cognitivement normaux ou non, grâce à l’University of California Brief Assesment Of Capacity To Consent (UBACC), hétéro questionnaire validé dans une population de schizophrènes

Méthodes

Nous avons inclus des sujets participant à une étude biomédicale qui avaient signé un consentement lors d’une consultation pour troubles cognitifs. Après ré-explicitation du formulaire de consentement par un médecin, celui-ci appréciait subjectivement la compréhension du protocole par le patient. Puis les patients répondaient aux 10 questions de l’UBACC (cotée sur 20, 10 min de passation) qui évalue la compréhension de l’objectif de l’étude, de ses risques et bénéfices éventuels. Les 2 méthodes étaient comparées.

Résultats

Le médecin estimait que 18 patients n’avaient pas compris. Ceux-ci avaient un score à l’UBACC significativement plus bas (7,55±3 vs 17,7±3 ; p<0,001), un Mini Mental State Examination (MMSE/30) plus bas (21±6 vs 27±5 ; p<0,001) et un âge plus élevé (84,8±8 vs 77±5) que ceux qui avaient compris. De plus, ils souffraient tous de MA et avaient tous une UBACC<12.

Discussion

Considérant les déviations standards, le MMSE apparait comme un test peu discriminant pour juger des capacités décisionnelles. Il est en effet, trop dépendant de l’âge et du niveau socioculturel. En revanche, le score à l’UBACC est apparu bien corrélé à l’évaluation subjective avec de plus faibles déviations standards. Ceci mérite d’être vérifié sur une cohorte plus importante.

Conclusion

Il existe une bonne concordance entre le score à l’UBACC et l’évaluation subjective du médecin sur les capacités décisionnelles. Le score limite à l’UBACC est à 12 dans notre population.

Mots Clés

MEDICAMENT
Mini-mental test
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg