JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Les effets de la privation totale du sommeil sur les processus attentionnels activateurs et inhibiteurs chez des sportifs
Ridha Ben Cheikh (1), Imed Laatiri (1), Mohamed Ali Saafi (1), Syrine Gallas (1), Gazy Sakly (1), Mohamed Dogui (1)
(1) Sousse
Résumé
Introduction

La privation de sommeil (PS) peut être aigue dans certaines situations ou chronique consécutive surtout à l’insomnie. Elle peut constituer également un facteur limitant des performances chez les sportifs.

Objectifs

L’objectif de cette étude est de déterminer les effets de la privation totale d’une nuit du sommeil sur les processus attentionnels activateurs et inhibiteurs de l’attention sélective chez des karatékas.

Méthodes

12 karatékas âgés de 12 à 21 ans avaient participé à l’étude. Les processus activateurs de l’attention sélective étaient évalués par la mesure du temps de réaction (TR) dans les tâches du temps de réaction simple et le temps de réaction au choix avec indiçage positif, alors que les processus inhibiteurs étaient évalués par la mesure du TR dans la tâche avec indiçage négatif. Les mesures étaient effectuées à trois périodes de la journée avant et après privation totale du sommeil sur le logiciel superlab.

Résultats

Une fluctuation significative du TR de la tâche avec indiçage négatif était trouvée. En effet, le TR enregistré pendant la première période avant PS (8h-9h) était supérieur à celui enregistré en P2 (12h-13h) et en P3 (16h-17h). Un allongement significatif du TR lors de la tâche du temps de réaction simple après 28 heures de PS (317±33 versus 345±47 ms) (p=0,02) ainsi qu’un allongement significatif du TR dans la tâche avec indiçage positif (329 ±33 versus 351 ±61 ms) (p=0,03) après 24 heures de PS étaient constatés.

Discussion

Le temps de réaction constitue un test très sensible pour l’évaluation de l’attention sélective. Il est augmenté dans le cas d’une privation totale. Cette privation peut être à l’origine d’une détérioration du contrôle cognitif qui constitue une composante nécessaire au contrôle de l’état énergétique. Ceci explique en partie la baisse des performances physiques des sportifs en cas de restriction ou de privation de sommeil.

Conclusion

La privation totale de sommeil affecte plus les processus activateurs qu'inhibiteurs de l’attention sélective. Ces processus sont fréquemment sollicités chez les sportifs et en particulier dans les sports de combat

Informations complémentaires
travail financé par: Unité de Recherche 99/08-23 Faculté de Médecine de Monastir

Mots Clés

Sommeil
Attention
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg