JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Identification de biomarqueurs arn predictifs de la réponse au traitement par natalizumab dans la sclérose en plaques
Laure Dagrassa (1), Patrick Vermersch (1), Jérôme de Seze (1), Bruno Brochet (1), Catherine Lebrun-Frenay (1), Lucien Rumbach (1), David Brassat (1)
(1) Toulouse
Résumé
Introduction

Le choix du traitement dans la Sclérose en plaques (SEP) repose sur son efficacité et sa tolérance, la réponse se basant sur des critères cliniques et radiologiques. La définition de nouveaux critères de réponse parait indispensable face aux futures options thérapeutiques.

Objectifs

L’objectif de ce projet est d’identifier un profil de transcription ARN prédictif ou associé à la réponse au Natalizumab (NTZ) afin d’aider les choix thérapeutiques.

Méthodes

Nous avons analysé les données cliniques et IRM de patients, inclus dans le projet BioNat², atteints de SEP et ayant reçu au moins 1 an de traitement par NTZ, que nous avons classé en Répondeurs et Non Répondeurs au traitement. A partir du sang veineux périphérique disponible à t0 (avant la première perfusion de NTZ) et t1 (après la 13e perfusion de NTZ), l’ARN a été extrait puis analysé en qualité et en quantité avant d’être hybridé sur puce d’expression Affymetrix. Les données brutes ont été transformées en valeurs logarithmiques, normalisées et comparées entre elles.

Résultats

Les données cliniques et IRM de 273 patients ont été analysées, répartis en 129 Répondeurs et 78 Non Répondeurs. Parmi eux, les données biologiques de 136 patients étaient disponibles à t0 et t1. Nous avons analysé sur puce d’expression Affymetrix l’ARN de 5 patients Répondeurs et de 4 patients Non Répondeurs. Nous avons retrouvé une différence significative dans l’expression de 4 gènes entre t0 et t1 et d’1 autre gène entre les deux groupes de patients.

Discussion

Cette étude est le fruit d’une collaboration française dans le domaine de la SEP. Actuellement, nous disposons des données cliniques, IRM et biologiques de 1030 patients, il s’agit de la plus grande cohorte internationale. Nous retrouvons entre autre, une diminution d’expression sous NTZ du gène PKA impliqué dans l’apoptose. Le faible nombre d’ARN analysé sur puce d’expression s’explique par des difficultés techniques que nous avons pu corriger afin d’optimiser notre rendement.

Conclusion

Nous suggérons que le profil d’expression de 5 gènes est associé à la réponse au NTZ. Ceci permet d’envisager un test biologique pour monitorer ce traitement si nous répliquons ces données.

Mots Clés

NTZ
Biomarqueurs
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg