JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Natalizumab et profil de tolérance hématologique
Fanny Rocher (1), Muriel Laffon (1), Mikael Cohen (1), Christine Lebrun (1)
(1) Nice
Résumé
Introduction

Le natalizumab est indiqué dans les formes actives de SEP. Aucun effet indésirable hématologique n’est rapporté, malgré son action inhibitrice de migration des lymphocytes vers le tissu cérébral.

Objectifs

Le risque de survenue d’éventuels effets hématologiques, en relation avec la prise de natalizumab, est soulevé et recherché au travers du suivi régulier d’une cohorte de patients traités.

Méthodes

Nous avons suivi sur plus de deux ans l’ensemble des patients traités par natalizumab dans notre service de neurologie. Les antécédents médicaux étaient relevés en début de traitement. Les constantes hématologiques, notamment hyperlymphocytoses et hyperéosinophilies ainsi que toute survenue d’événement indésirable, incluant une poussée de SEP, étaient colligées à chaque consultation mensuelle. La survenue d'anomalie hématologique était croisée avec une manifestation clinique, notamment d’ordre allergique ou infectieuse.

Résultats

De juin 2007 à octobre 2009, 50 patients furent suivis. Les anomalies hématologiques relevées étaient un épisode d’hyperéosinophilie chez 20% des patients (définie par des éosinophiles supérieurs à 500/mm3) et/ou une hyperlymphocytose chez 77% des patients (définie par des lymphocytes supérieurs à 4000/mm3). Des manifestations cliniques ont été parfois associées à l’hyperéosinophilie, de résolution spontanée le plus souvent. L’hyperlymphocytose était asymptomatique et présente de façon plus régulière et prolongée.

Discussion

Au cours de ce suivi de 2 ans, une hyperlymphocytose persistante est observée pour la majorité des patients. Elle n’apparaît pas associée à des antécédents médicaux ou à la survenue de manifestations cliniques. Une hyperéosinophilie est également notée, moins fréquemment, sans corrélation avec des antécédents allergiques. Elle est sans gravité et parfois associée à des signes cliniques de réaction cutanée ou à une poussée de SEP.

Conclusion

La survenue d’hyperlymphocytose ou d’hyperéosinophilie au cours d’un traitement par natalizumab doit être connue. Ces effets ne semblent pas associés à des manifestations graves sur 2 ans de suivi.



Mots Clés

Médicament
Vigilance
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg