JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Enquête NUTRISEP : comparaison du comportement alimentaire d’une population atteinte de sclérose en plaques (SEP) à une population témoin dans le Nord Pas de calais
Perrine Lesage (1), Cécile Donzé (1), Marc-Alexandre Guyot (1), Hélène Cuvillier (1), Hélène Empis (1), Carine Kot (1),  G Sep (1)
(1) Lomme
Résumé
Introduction

Les déficits sensitivomoteurs générés par la SEP peuvent avoir des répercussions sur le comportement alimentaire. Les différentes études concernent plus souvent les compléments nutritionnels et peu le comportement global.

Objectifs

Nous évaluons le comportement alimentaire des patients SEP comparé à une population témoin du Nord Pas de Calais et recherchons les corrélations avec la forme clinique et le handicap.

Méthodes

Le recueil de données s’était effectué sur 2 mois à partir d’un questionnaire semi-structuré (27 questions) concernant les habitudes alimentaires et un tableau évaluant les fréquences de consommation. Les patients inclus faisaient partie de la base de données de l’European Database for Multiple Sclerosis. 370 questionnaires patients étaient envoyés. Des analyses descriptives des 2 populations (patients/témoins) puis exploratoires (patients) étaient réalisées.





Résultats

232 questionnaires patients (âge moyen : 47,4 ans, EDSS moyen : 4.6) et 226 questionnaires témoins (40,9 ans) étaient analysés. L’indice de masse corporelle moyen des patients et des témoins était comparable. Les patients suivaient significativement plus de régimes spécifiques que les témoins et prenaient plus de compléments alimentaires (p<0,001). 29,4% des patients avaient des troubles de déglutition. La dépendance pour les repas augmentait avec le niveau d’EDSS tout comme l’isolement social.

Discussion

La consommation en fruits et légumes est insuffisante eu égard aux recommandations nationales dans les 2 populations (empreinte régionale). Les compléments alimentaires font partie d’une médecine alternative et complémentaire. Les troubles de déglutition entrainent des modifications du comportement alimentaire notamment l’éviction significative de certains aliments. Il existe un réel phénomène de désocialisation lié aux contraintes alimentaires.

Conclusion

Notre étude permet de mettre en évidence des modifications du comportement alimentaire spécifique. Ces dernières nécessitent une éducation thérapeutique associant les différents intervenants impliqués dans la SEP.

Informations complémentaires
Nous remercions la plateforme AGIRSEP pour son soutien logistique.

Mots Clés

Comportement
Vitamine
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg