JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Etude de la protéine HERV-W ENV dans un nouveau modèle animal pour l’étude et le traitement de la sclérose en plaques
Jean-Baptiste Bertrand (1), Reza Firouzi (1), Kamel Sanhadji (1), Jacques Portoukalian (1), Iulianna Popa (1), Jean-Louis Touraine (1), Hervé Perron (1)
(1) Lyon
Résumé
Introduction

Plusieurs études ont démontré la présence de la protéine d’enveloppe (ENV) appartenant à une nouvelle famille de rétrovirus humains endogènes W (HERV-W) chez 73% des patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

Objectifs

L’objectif de cette étude est de reproduire le modèle animal de référence d’Encéphalomyélite Allergique Expérimentale (EAE) en utilisant la protéine ENV et d’évaluer l’effet protecteur d’un anticorps monoclonal anti-ENV.



Méthodes

Cette étude a été réalisée chez des souris immunodéficientes (SCID) greffées avec des cellules mononuclées sanguines humaines permettant d’obtenir un modèle murin avec un système immunitaire humain fonctionnel. Deux semaines après l’humanisation, les souris ont reçu trois injections hebdomadaires d’une émulsion contenant de la Myelin Basic Protein avec ou sans la protéine ENV. L'administration de l'anticorps a été réalisée après la dernière injection d'immunogènes chez des souris présentant des troubles neurologiques.

Résultats

Alors que les souris contrôles n’ont présenté aucune anomalie neurologique, les souris injectées avec la protéine ENV ont développé des troubles moteurs sévères associés à une perte de poids. Par ailleurs, nous avons détecté une inflammation du système nerveux central ainsi que des signes de démyélinisation et de mort neuronale par immunohistologie. De manière intéressante, l’injection d’un anticorps anti-ENV chez les souris malades a induit une réduction significative des troubles cliniques et neuroanatomiques.

Discussion

Cette étude confirme que la protéine HERV-W ENV peut reproduire des déficits neurologiques de la SEP associés à une démyélinisation et une cascade auto-immune dans un modèle murin présentant un système immunitaire humain et que ces déficits peuvent être réduits par l’anticorps développé par GeNeuro.



Conclusion

Cette étude souligne l’intérêt de poursuivre les recherches sur la protéine HERV-W ENV sur son implication dans la SEP et sur les applications en immunothérapie pour le traitement de cette maladie invalidante.



Informations complémentaires
Financement privé (Eclosion, Suisse, Mérieux Alliance, France)

Mots Clés

Animal
Virus
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg